Fausse alerte attentat à Rouen ce week-end : une enquête a été ouverte

Fausse alerte attentat à Rouen ce week-end : une enquête a été ouverte

DirectLCI
FAKE NEWS - Une fausse rumeur d'attentat à Rouen a été relayée ce week-end sur les réseaux sociaux, provoquant la vive inquiétude des internautes et des habitants. Une enquête a été ouverte par la police pour "publication de fausses nouvelles".

Une fausse alerte attentat a circulé ce week-end à Rouen, dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juillet, générant la très vive inquiétude des internautes et des habitants. 


En effet, un article, titré "Attentat à Rouen" et criblé de fautes d'orthographes, faisait état de "17 personnes tuées et 47 blessés graves lors d'une séance de cinéma au Dock 76 (NDLR. Un centre commercial sur les quais de Seine de la rive droite de Rouen)". 


Une personne légitimement inquiète l'a partagé sur les réseaux sociaux pour demander si c'était vrai.

Panique à tous les étages

Selon France Info, France 3 Normandie a reçu plusieurs appels d'habitants demandant ce qu'il se passait aux Docks 76. Idem au standard de Police-Secours où, ce samedi soir, plus de 100 appels ont été reçus. Et idem (bis) sur les réseaux sociaux avec une inflation de tweets alarmés et alarmants...

Il s'agissait en réalité d'une sinistre "blague" publiée sur un "site de divertissement spécialisé dans la désinformation". Une enquête est en cours pour retrouver les auteurs de cette "mauvaise plaisanterie" (euphémisme). L'article, lui, a rapidement été supprimé après avoir été quand même partagé plus de 45 000 fois.

Ce que l'on risque en lançant une fausse rumeur d'attentat

Sachez que les auteurs de fausses alertes et de canulars de goût très douteux encourent, au pénal, une peine pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison et 30.000 euros d’amende.  

En vidéo

ARCHIVE 2016. Fausse alerte attentat à Paris : comment les enquêteurs sont remontés jusqu'aux auteurs du "canular"?

Il importe par ailleurs de rappeler qu'il ne faut pas se fier aux informations non vérifiées émanant d'un ami d'un ami... 


Il ne faut pas non plus céder à la panique en relayant des rumeurs d'attentats non fondées et ainsi diffuser des informations vérifiées, recoupées par plusieurs médias ou confirmées par les autorités.

Les images sont par ailleurs à manipuler avec une infinie précaution, a fortiori à l'heure des réseaux sociaux.

Plus d'articles

Sur le même sujet