Fausse alerte attentat : l'adolescent soupçonné d'avoir déjà sévi au Auchan de Bretigny-sur-Orge

Fausse alerte attentat : l'adolescent soupçonné d'avoir déjà sévi au Auchan de Bretigny-sur-Orge

ENQUÊTE - Dylan, alias "Tylers Swatting", a été arrêté lundi dans le cadre des investigations sur la fausse alerte attentat de ce week-end à l'église Saint-Leu à Paris. Le jeune homme âgé de 16 ans est soupçonné d'avoir déjà sévi à Brétigny-sur-Orge (Essonne), selon nos informations.

Il n'en serait pas à son coup d'essai. Dylan, alias "Tylers Swatting", arrêté lundi à Vitry-le-François (Marne) dans le cadre de l'enquête sur la fausse alerte attentat dans l'église Saint-Leu à Paris, est soupçonnné d'avoir sévi, entre autres, au Auchan de Brétigny-sur-Orge (Essonne). 

Le 9 septembre, vers 18h, des dizaines de policiers surarmés avaient investi ce supermarché où une prise d’otages avait été signalée. En réalité, un appel malveillant qui avait conduit à l'évacuation des clients paniqués. Sur Facebook, Tylers Swatting avait alors revendiqué "cet exploit", nous explique un hacker qui a fourni à LCI la capture d'écran du compte aujourd'hui fermé de l'adolescent (voir ci-dessous). Une piste sur laquelle travaillent effectivement les enquêteurs, nous confirme une source proche du dossier. "On le soupçonne d'avoir commis ce swatting à Brétigny. L'enquête devra le confirmer", précise-t-elle. 

Toute l'info sur

Fausse alerte attentat à Paris

Le deuxième adolescent suspecté dans le cadre de la fausse alerte de samedi dans l'église parisienne, connu sous le pseudo "Zakhaev Yamaha", pourrait également avoir participé au "swatting" de Brétigny-sur-Orge. "J'avais déjà alerté les policiers sur ces deux adolescents", nous assure le hacker qui nous a fourni la capture d'écran du compte Facebook de Tylers Swatting, et qui affirme avoir collaboré ce week-end avec les policiers pour les aider à remonter la piste des suspects.

Les deux jeunes sont soupçonnés d'avoir détourné le numéro de la paroisse de Saint-Leu et de s'être fait passer pour un faux prêtre. Au téléphone, "le prêtre Mathis" prétendait ainsi s'être caché dans les sous-sols du lieu de culte, tandis qu'une prise d'otages était en cours à l'intérieur. Les autorités avaient alors délivré un message "église - alerte attentat" via l'application pour smartphones SAIP (Système d'alerte et d'information aux populations). Les hommes de la BRI, appuyés par de nombreux policiers et un hélicoptère, avaient quadrillé le secteur des Halles et l'église avant d'établir qu'il n'y avait aucun danger. 

Les enquêteurs devront également établir si les adolescents pourraient être à l'origine des alertes déclenchées dans un autre magasin, dans un lycée, ainsi que du piratage de plusieurs sites notamment gouvernementaux, comme ils s'en sont vantés sur Internet.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - "Nous devrions être ce soir à 12 millions d'injections, deux millions de plus" que prévu, affirme Jean Castex

    AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

    Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

    "Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

    Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

    Lire et commenter