Femme tuée dans une maison de retraite de l'Hérault : un suspect "extrêmement dangereux"

DirectLCI
FAIT DIVERS - Après le drame qui s'est produit dans la nuit de jeudi à vendredi dans une maison de retraite pour moines à Montferrier-sur-Lez (Hérault), un suspect a été arrêté vendredi après-midi, a-t-on appris de source judiciaire. Un homme que le procureur de la République avait qualifié d'"extrêmement dangereux" au cours d'une conférence de presse, tout en écartant a priori la piste de l'attentat.

Ce qu'il s'est passé

Hier soir, vers 21h45 la gendarmerie a été appelée pour intervenir dans une maison de retraite de Montferrier-sur-Lez, dans l'Hérault. Quand les gendarmes interviennent, ils recueillent une aide-soignante qui explique que quelques minutes avant, elle a été agressée par un homme qui l'a ligotée. Elle a pu se défaire de ses liens et alerter les gendarmes. 

Dans la lingerie, les gendarmes découvrent le corps sans vie d'une femme, tuée de plusieurs coups de couteau. Une autopsie sera réalisée dans la journée. "L’état de santé de la dame qui a été agressée en premier lieu, et qui a eu des blessures légères, n’est pas préoccupant mais elle est extrêmement choquée, a dit le procureur.  La femme décédée avait 54 ans. Elle travaillait depuis plusieurs années dans cet établissement en qualité de lingère". Aucun des pensionnaires n'a été blessé dans cette action.


Le suspect arrêté

L'homme suspecté d'être l'auteur des faits a été arrêté vendredi en fin d'après-midi, a-t-on appris de source judiciaire. Le matin, le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret, avait indiqué lors de sa conférence de presse que l'individu avait été identifié.  Selon nos informations, l'homme est un ancien militaire qui a appartenu à des groupes parachutistes. Agé d'une quarantaine d'années, il a fait au moins dix ans d'armée en tant qu'appelé. Ce ne serait donc pas un militaire professionnel. Une enquête a été ouverte pour "assassinat" et "tentative d'assassinat". 


"Des moyens très importants ont été déployés, avait encore précisé le procureur. Très rapidement a été découvert près de l'établissement un véhicule avec à l'intérieur une arme de type AirSoft et d'autres éléments que je ne détaille pas. Ces éléments nous ont permis d'identifier un suspect. Je ne donne pas d'autres précisions à ce stade". Christophe Barret n'avait pas souhaité indiqué si le suspect était ou non connu des services de police et de justice. 

Des motivations inconnues

" Il apparaît que les motivations de l'auteur du crime restent à cet instant inconnues, de manière précise en tout cas, a également souligné le procureur de la République vendredi matin. Nous nous orientons vers une piste locale, quelqu'un qui serait dans l'entourage de cette maison de retraite". 


A priori aucun lien avec le terrorisme

"Aucun élément ne permet de rattacher cet événement à des faits terroristes, a insisté le procureur. Un mandat de recherche a été délivré contre cette personne, qui doit être interpellé le plus rapidement possible. Il s'agit de quelqu'un d'extrêmement dangereux. Nous l'avons identifié, il est important de l'interpeller". 

L’enquête ouverte pour assassinat et tentative d’assassinat est menée par la gendarmerie avec le concours du SRPJ. 

En vidéo

JT 13H - Femme tuée dans une maison de retraite : récit d’une soirée d’horreur

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter