Fêtes de Pampelune : une jeune Française porte plainte pour viol

Fêtes de Pampelune : une jeune Française porte plainte pour viol
FAITS DIVERS

Espagne - Les traditionnelles fêtes de la San Fermin ne sont pas encore terminées mais le bilan est déjà lourd : plusieurs plaintes pour viol ont été déposées en dépit d’une campagne pour promouvoir "des fêtes sûres pour les femmes". Une jeune Française de 22 ans fait partie des plaignantes.

L’image des fêtes de la San Fermin est sérieusement entachée après une série d’agressions sexuelles et de viols ce week-end. Une jeune Française de 22 ans a notamment porté plainte pour viol dans la ville basque de Pampelune, où affluent chaque année des centaines de milliers de visiteurs pour célébrer ces fêtes traditionnelles en l'honneur de Saint Firmin, patron de la région de Navarre.

La jeune femme a expliqué aux policiers avoir été agressée samedi soir dans le centre-ville. "L'enquête est en cours, en appliquant les protocoles dans ces cas : recherche de témoins, visionnage d'enregistrements vidéos", a indiqué un porte-parole de la police à l'AFP. "Nous suivons cela de très près et elle bénéficie de l'assistance consulaire", a fait savoir l'ambassade de France. La presse espagnole précise que la jeune femme était venue passer le week-end avec plusieurs amis. Vers 20 heures samedi, elle aurait quitté le groupe pour aller se reposer dans son véhicule stationné sur la Plaza del Castillo. Un homme d’une quarantaine d’années l’aurait alors accostée avant de la violer.

Un viol collectif filmé

Ce même jour, cinq hommes de 25 à 28 ans ont été écroués pour un viol qu'ils ont filmé. Selon le tribunal de Navarre, c’est l’enregistrement de l’agression dans la nuit du 6 au 7 juillet qui a permis au juge de constater leur "participation collective" et "la gravité extrême des faits". Originaires de Séville (sud), les agresseurs présumés, qui avaient également volé le téléphone portable de la jeune femme, ont été mis en examen pour agression sexuelle et vol avec violence, précise le communiqué du tribunal. Dans le code pénal espagnol, le viol est répertorié comme "agression sexuelle", passible de peines de 6 à 12 ans de prison, jusqu'à 15 en cas de circonstances aggravantes.

La police locale a également rapporté dans un communiqué d’autres faits d’attouchements et d’agressions sexuelles depuis mercredi, jour de lancement de ces festivités mêlant processions religieuses, corridas, et nuits de fêtes. Elles s’achèveront le 14 juillet prochain. Cette année, la mairie de Pampelune avait mis en place une campagne pour promouvoir des "fêtes sûres pour les femmes", "sans agressions sexistes". "Ni l'usage ni l'abus d'alcool et de drogues ne peuvent justifier une agression", rappelait la campagne. Interrogé au micro de la radio Cadena Ser, le maire de la ville a dit ressentir "beaucoup de rage" face à ces événements. Mais, a-t-il estimé, il y a peut-être "un deuxième facteur : désormais les femmes dénoncent" ces actes.

Lire et commenter