Fillette enlevée à l'Isle-d'Abeau : l'oncle de Louane avait menacé de mort la famille à plusieurs reprises

Fillette enlevée à l'Isle-d'Abeau : l'oncle de Louane avait menacé de mort la famille à plusieurs reprises

FAIT DIVERS – Deux hommes, soupçonnés d'avoir enlevé et séquestré une fillette de 4 ans mercredi à l'Isle-d'Abeau (Isère), ont été interpellés et placés en garde à vue quelques heures plus tard. L'alerte enlèvement avait été déclenchée entre-temps. Leur garde à vue a été prolongée ce jeudi.

A 16 h 21, mercredi, le ministère de la Justice tweetait ce message : "Alerte Enlèvement en cours dans l’Isère". La petite Louane, 4 ans, cheveux châtain clair au carré avec des tresses, avait été enlevée quelques heures plus tôt au domicile familial de l'Isle-d'Abeau (Isère) par un homme circulant à bord d'un fourgon blanc ou crème de type Renault trafic avec l'inscription "Récupération" et immatriculée 01.

Une demi-heure plus tard, à 16 h 53, le même ministère indiquait que la fillette avait été retrouvée saine et sauve. Dans le même temps, la gendarmerie indiquait que deux individus, l'oncle de la fillette, Lionel D. 31 ans, et d'un de ses amis, Romain C., âgé d'une vingtaine d'années, avaient été interpellés au nord-est de Mâcon et placés en garde à vue pour "enlèvement et séquestration de mineurs de moins de 15 ans, menaces de mort et violences".

La mère présente au moment de l'enlèvement

Selon les premières investigations, Lionel D. s'est présenté mercredi 6 juillet à 10h30 au domicile de son frère et de sa femme à l'Isle-D'Abeau. Le père de famille, qui travaille à Lyon, était alors absent. La mère, elle, était en compagnie de ses quatre enfants : Louane, 4 ans, son frère jumeau, et leurs aînés âgés de 8 et 9 ans. "L'oncle serait d'abord tombé sur le jumeau de Louane qui se trouvait dans le jardin. Il aurait ensuite pénétré à l'intérieur de la maison, la porte n'étant pas verrouillée. Puis il se serait emparé de Louane avant de prendre la fuite en direction du Nord avec son comparse à l'intérieur d'un véhicule utilitaire" précise le procureur de la République de Vienne, Jérôme Bourrier, joint ce jeudi par metronews

Alerté des faits vers midi, Jérôme Bourrier a alors pris rapidement la décision de déclencher l'alerte enlèvement. "Cette hypothèse s'est rapidement imposée à moi, dit-il. Nous étions alors très clairement confrontés à des faits qui répondaient aux critères du déclenchement de ce plan à savoir : un mineur, un enlèvement avéré et une situation de danger qui semblait caractérisée à la fois par l'âge de Louane et par les menaces de mort qui avaient été proférées avant les faits". 

Ils rebroussent chemin

La brigade de recherche de Bourgouin-Jailleu et la section de recherche de Grenoble ont été saisies concomitamment au déclenchement de la procédure d'alerte. Des investigations techniques ont été lancées pour géolocaliser les suspects. "Peu de temps après l'alerte enlèvement, sans que l'on puisse dire si c'en est la conséquence ou non, le véhicule a fait demi-tour et a repris sa route vers le Sud, ajoute Jérôme Bourrier. Il a été contrôlé sur la commune de Romenay en Saône-et-Loire par les militaires de la gendarmerie de à Saint-Trivier-de-Courtes. L'interpellation des deux hommes s'est passée dans le calme".

Louane a alors été retrouvée saine et sauve dans la fourgonnette. "L'enfant présentait un hématome à l'œil. Elle a été orientée vers les unités médico-judiciaires de Lyon. Les examens n'ont révélé ni d'agression sexuelle ni de violence autre que cet hématome qui peut être compatible avec une chute de vélo qu'aurait fait la petite fille avant l'enlèvement".

Il avait menacé de "brûler tout le monde"

Ce drame s'est noué dans un "contexte familial lourd" précise Jérôme Bourrier. "En l'état, nous n'avons pas d'éléments très précis sur les motivations, fait savoir le procureur. Manifestement, l'oncle avait plus ou moins voulu renouer avec sa famille avec laquelle il était en rupture depuis plusieurs années. Mais les choses ne se sont pas vraiment passées comme il voulait".

Quelques jours avant l'enlèvement, une violente dispute avait éclaté entre Lionel D. et la famille domiciliée à l'Isle-d'Abeau. "Des menaces de mort avaient été proférées à plusieurs reprises avant les faits. Le 27 juin, le mis en cause avait menacé de 'brûler tout le monde'. Le mardi 5 juillet, veille de l'enlèvement, il était venu inscrire sur la porte du domicile de son frère "Vous êtes morts"".

Garde à vue prolongée

Lionel D., père de famille, est chauffeur routier de profession. Il n'a pas de mention à son casier. Domicilié au Creusot, il hébergeait depuis quelque temps son complice présumé, Romain C., qui vivait auparavant en Saône-et-Loire. Le jeune homme d'une vingtaine d'années a été lui condamné à plusieurs reprises pour des faits de violences, de détention de stupéfiants, de refus d'obtempérer, de conduite sous l'influence de stupéfiants et de port d'arme.

Leur garde à vue a été prolongée ce jeudi, a fait savoir le procureur de la République de Vienne.

A LIRE AUSSI
>> 
Alerte enlèvement : les trois enfants retrouvés, le père en garde à vue pour le meurtre de la mère

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

La Mexicaine Andrea Meza sacrée Miss Univers, Amandine Petit aux portes du top 10

EN DIRECT - Covid-19 : 22.749 personnes hospitalisées, dont 4189 en réanimation, la baisse se poursuit

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.