Fillette noyée à Berck : Fabienne Kabou condamnée à 20 ans de prison ferme

Fillette noyée à Berck : Fabienne Kabou condamnée à 20 ans de prison ferme
FAITS DIVERS

PROCES - Jugée depuis lundi par la cour d'assises du Pas-de-Calais pour l'assassinat de sa fille de 15 mois, Adélaïde, en novembre 2013 à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), Fabienne Kabou a été condamnée ce vendredi à une peine de 20 ans de réclusion criminelle. L'avocat général avait requis dans la matinée 18 ans de prison.

Après trois heures de délibéré, le verdict est tombé. Ce vendredi, à 15 h 35, Fabienne Kabou a été condamnée à 20 ans de prison ferme. L'accusée, âgée de 39 ans, était jugée depuis lundi par la cour d’assises du Pas-de-Calais pour avoir, à Berck-sur-Mer, dans la nuit du 19 au 20 novembre 2013, avec préméditation, volontairement donné la mort à sa fille de 15 mois Adélaïde.

Une peine plus lourde que celle demandée par l'avocat général, Luc Frémiot, qui avait requis dans la matinée 18 ans de réclusion criminelle à l'encontre de l'accusée avec un suivi socio-judiciaire. Le représentant du ministère public avait rejeté la thèse de la folie comme celle de la sorcellerie. Les jurés, eux, ont retenu l'altération du discernement.

"Une peine extrêmement lourde"

Interrogée devant la salle d'audience après l'énoncé du verdict, Me Roy-Nansion est abasourdie. "S'il n'avait pas retenu l'altération du discernement, ma cliente aurait été condamnée à 30 ans de prison. Juridiquement, c'est ça. La cour est sur une peine extrêmement lourde, surtout pour une femme qui n'a pas forcément grand-chose à faire dans une cour d’assises".

Abasourdie, Fabienne Kabou l'est aussi selon son avocate. "C'est une décision, on la respecte, une cour d’assises a rendu un arrêt. On n'a rien à dire là-dessus. Après, on fait des hypothétiques solutions, on envisage l'appel. Juridiquement, on va voir ce que cela peut donner… Oui j'aurais aimé que ne soient pas dépassées les réquisitions de l'avocat général, oui j'aurais été parfaitement satisfaite d'une peine de 15 années de réclusion, mais à nouveau, justice a parlé. Nous avons dix jours pour faire appel, nous allons réfléchir. J'irai la voir dans quelques jours à la maison d'arrêt".

"Il s'agit d'une grande malade"

"La peine est incontestablement très sévère et pour moi, difficilement compréhensible, a réagi Christian Saint-Palais, avocat de Michel Lafon, père d'Adélaïde. J'ai très clairement perçu dans le box une femme délirante, une femme que trois médecins ont examinée avant de conclure à l'existence d'une psychose. Aujourd'hui, on envoie cette femme dans une prison alors que nous savons qu'il s'agit d'une grande malade mentale. C'est une situation vertigineuse pour moi et tout à fait effrayante".

L'attitude de Fabienne Kabou, sa froideur, sa distance, "les montagnes russes de ses émotions, impassible, ou alors en pleurs, parfois avec le sourire et même le rire" comme l'avait relevé l'avocat général, ont peut-être elles aussi une incidence sur le verdict. "L'accusée n'a pas renvoyé une image sympathique mais on sait que cette image est déterminée par la maladie dont elle est atteinte. Il est toujours très difficile de se dégager des sensations que l'on éprouve lorsqu'on l'observe. Il me semble que ce verdict traduit la difficulté qu'ont eue les juges à l'impression que leur a renvoyée l'accusée" a ajouté Christian Saint-Palais.

Ni les parents de Fabienne Kabou, ni son ancien compagnon Michel Lafon n'ont fait de commentaire une fois la peine prononcée. Croisée quelques minutes plus tard dans une rue de Saint-Omer, la mère de l'accusée nous confie les larmes aux yeux : "C'est terrible. C'est pire que tout ce que l'on pouvait imaginer". 

EN SAVOIR +
>>  Infanticide de Berck-sur-Mer : 18 ans de prison requis contre Fabienne Kabou >>  Infanticide de Berck-sur-Mer : "La condamner à 18 ans de réclusion criminelle, c'est la condamner à la folie", estime l'avocate de Fabienne Kabou

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent