Fillette noyée à Berck-sur-Mer : la mère demande à rester en prison

Fillette noyée à Berck-sur-Mer : la mère demande à rester en prison
FAITS DIVERS

JUSTICE - Le mandat de dépôt de Fabienne Kabou, la mère de la petite Adélaïde, 15 mois, retrouvée noyée il y a un an sur la plage de Berck, a été renouvelé à la maison d’arrêt de Sequedin. A sa demande, la jeune femme mise en examen pour assassinat souhaitant rester derrière les barreaux...

C'est une requête rare devant la justice. Elle émane d'une mère qui tente aujourd'hui d'expliquer l'indicible. Fabienne Kabou, la mère de l a petite Adélaïde retrouvée morte noyée sur une plage de Berck , a demandé mercredi la prolongation de son placement en détention au sein de la maison d'arrêt de Sequedin. Incarcérée depuis plus d'un an, elle souhaite se "préserver du monde extérieur" en attendant son procès.

"Il n'était pas question pour elle de sortir. Elle ne le souhaite pas, a expliqué son avocate Fabienne Roy-Nansion à La Voix du Nord. Elle a besoin de ce sas de la détention pour continuer à analyser son acte". Un acte qui l'a conduit un matin de novembre 2013 à abandonner sa fille de 15 mois sur une plage du Pas-de-Calais à la marée montante. Des pêcheurs de crevettes retrouveront le corps sans vie de l'enfant. Au terme de dix jours d'enquête sur un crime dont la froideur a bouleversé l'opinion publique, Fabienne Kabou, 36 ans, sera arrêtée à Saint-Mandé (Val-de-Marne), dans la maison de son compagnon, de 27 ans son aîné.

"Face à la solitude de son geste"

"Elle sait ce qu'elle a fait. C'est encore plus vrai qu'avant. Elle reste face à la solitude de son geste, elle cherche à comprendre, seule, les motivations de cet acte, les mécanismes psychologiques", a poursuivi son avocate, résumant ainsi l'état d'esprit de sa cliente mise en examen pour assassinat : "Fabienne Kabou observe Fabienne Kabou". La première expertise psychiatrique de la jeune femme, décrite comme très intelligente, avait conclu à l'absence de pathologie psychique. Mais les experts avaient précisé que son discernement était "altéré" au moment des faits.

Lors de son audition, cette thésarde issue d'une famille sénégalaise catholique aisée avait fait allusion à une force inconnue qui l'avait poussée à commettr e l'irréparable. Le père de l'enfant a toujours cru à cette hypothèse, évoquant "un rite culturel", la légende de Mami Wata, dont le royaume se trouve au fond de l'eau. La petite Adélaïde, qui n'avait jamais été déclarée à l'état civil par le couple, a été enterrée dans le carré des indigents du cimetière de Boulogne-sur-Mer.

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur le drame de Berck-sur-Mer
 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent