Français tués à Madagascar : des dizaines de personnes entendues par les enquêteurs

FAITS DIVERS
FAIT DIVERS – Des "dizaines de personnes ont été entendues" par les enquêteurs après la découverte, dimanche, des corps sans vie de deux bénévoles français de l’association Cetamada sur une plage de Sainte-Marie à Madagascar, nous indique le maire de l'île. Le ou les auteurs de ce double homicide étai(en)t toujours recherché(s) lundi en fin de journée.

Qu’est-il arrivé à Magalie C. et Romain B. ? Au lendemain de la découverte des corps sans vie de ces deux bénévoles de l’association Cetamada, qui œuvre pour la protection de l’environnement et des mammifères marins, sur une plage de l’île de Sainte-Marie à Madagascar, le mystère reste entier lundi.


Originaire de Montpellier (Hérault), résidant à Marseille (Bouches-du-Rhône), Romain B., éco-volontaire âgé de 25 ans, était arrivé à Madagascar début juillet. Magalie C., scientifique  de 22 ans originaire de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), était de son côté arrivée quelques jours plus tard. Samedi, ils avaient passé la soirée avec d’autres éco-volontaires à la discothèque La Case à Nono, où se produisait Big MJ, un chanteur très connu là-bas.


"Selon des témoins, Magalie et Romain ont quitté la boîte de nuit vers 2 h-2h30 du matin. Certains des bénévoles de leur groupe avaient déjà quitté l'établissement, d’autres se trouvaient toujours sur place, fait savoir le maire de l’île de Sainte-Marie, Bessaou Ismak Ado Crophe, joint par notre rédaction ce lundi. Ils ont été retrouvés morts quelques heures plus tard à 150 mètres de là par des villageois sur la plage de Mangalomaso. Les deux victimes portaient des traces de coups au niveau de la tête, probablement portés à l’aide de bois ronds. Ils étaient l’un sur l’autre, lui en dessous, elle en dessus, et Magalie était à moitié dénudée sur la partie haute du corps".


Le maire ajoute que, depuis dimanche, "des dizaines de personnes ont été entendues" : des voisins, des individus qui se trouvaient à La case à Nono… "Pour l’instant, de ce que nous savons, personne n’a rien vu, rien entendu", déplore-t-il. 

La scène de crime maquillée ?

Dimanche, les premières constatations avaient permis d’établir que les deux corps avaient très vraisemblablement été déplacés. "Au regard des coups portés, de la violence manifeste, il est impossible que Romain et Magalie se soient retrouvés dans cette position , ajoute l’édile, qui avait été averti dimanche à 6h45 des faits et qui s’est très vite rendu sur place. La scène de crime a de toute évidence été maquillée, comme l’a indiqué le préfet local".


Selon RFI, le sac à main de la jeune femme a été volé. "Elle ne portait plus qu'une seule de ses sandales. Le jeune homme avait quant à lui toutes ses affaires, son argent et son téléphone sur lui", d'après nos confrères. 

Les corps examinés

Les corps de Magalie C. et Romain B. ont été transportés dimanche à l’hôtel Soanambo, où ils se trouvaient toujours lundi. "Des médecins les ont examinés. Contrairement à ce qu’ont affirmé certains médias, la jeune fille n’a pas été violée d’après les médecins, indique Bessaou Ismak Ado Crophe. De même, certains médias ont dit que les victimes étaient défigurées. Ce n’est pas le cas. On voit qu’elles ont reçu un coup sur la tête, il y a une fracture ou plusieurs".


Le maire de l’île de Sainte-Marie, comme le reste de la population, est très éprouvé par ce drame. "Des disputes après des soirées, des violences verbales, il y en a. Mais sur l’île, nous n’avons jamais connu un acte aussi odieux. Je ne connaissais pas Magalie mais j’avais vu Romain à plusieurs reprises depuis son arrivée début juillet, c’était un garçon très gentil. C’est très triste", soupire-t-il. 

Des fleurs à la mer

Magalie C. devait finir sa mission fin août et regagner Paris, où elle était domiciliée. Romain B. devait lui rentrer à Marseille début septembre. "Nous ne savons pas encore quand les corps seront rapatriés", précise le maire de Sainte-Marie.


Mardi, les membres de l’association Cetamada rendront hommage aux deux victimes. Dans la matinée, ils iront jeter pour eux des fleurs à la mer. Une marche silencieuse doit également être organisée sur l'île en leur mémoire dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter