Avignon : une fusillade devant une mosquée fait 8 blessés, la piste du règlement de comptes privilégiée

DirectLCI
FAIT DIVERS - Une fusillade a éclaté aux alentours de 22h30 dimanche soir, près de la mosquée du quartier de la Grange d'Orel à Avignon (Vaucluse). Huit personnes, dont une fillette, ont été blessées dans ce qui semble être un règlement de compte.

La piste de l'attaque terroriste a rapidement été écartée par les autorités. Dimanche soir aux alentours de 22h30 à Avignon, une fusillade a éclaté devant la mosquée Arrahma dans le quartier de la Grande d’Orel, faisant huit blessés légers, dont une fillette. 


Quatre personnes ont été blessées devant la mosquée. Deux ont été soignées sur place et sont rentrées chez elles. Les deux autres sont connues des services de police, selon les premiers éléments recueillis par LCI. Les enquêteurs, qui privilégient la piste du réglement de comptes, cherchent à établir qui était visé par les coups de feu. Un différend survenu dans l'après-midi pourrait être à l'origine de la fusillade. 


Les quatre autres blessés, dont la fillette, sont des victimes "collatérales" qui se trouvaient sur le balcon de  leur appartement, situé à une cinquantaine de mètres, au moment des faits. 

"De ce que l'on sait ce soir, la mosquée n'était pas visée, les faits se sont passés dans la rue de l'établissement religieux, mais sans lien avec ce dernier", a assuré le parquet. 


Plusieurs témoins cités par La Provence évoquent la présence de deux hommes cagoulés à bord d’un véhicule de marque Renault Clio qui auraient fait feu avec une arme de poing et un fusil, une information confirmée par le parquet. Les tireurs ont pris la fuite et sont activement recherchés. L'antenne d'Avignon de la section de recherche de la police judiciaire de Montpellier a été chargée de l'enquête.

La fusillade de dimanche soir survient quelques jours après qu'un homme a tenté de foncer en voiture sur des fidèles de la mosquée de Créteil. L'homme, un Arménien de 43 ans, a percuté jeudi les barrières et traversé le terre-plein grillagé protégeant la mosquée avec son 4x4, avant de tamponner des voitures de fidèles au sortir de la prière, sans faire de blessé.


Souffrant de schizophrénie, il a été hospitalisé d'office. Selon une source proche du dossier, il avait tenu des "propos confus en référence aux attentats" djihadistes qui ont fait 239 morts en France depuis 2015.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter