Attaque d'un lycée de Grasse : "Il m'a dit qu'il n'avait pas fini sa mission", raconte un gardien de l'établissement

FAITS DIVERS
TÉMOIGNAGE - Pascal Baudesson, le gardien de la salle de sport du lycée, a été le premier à croiser le chemin du tireur. Il a livré à France 2 son dialogue avec le jeune homme avant son passage à l'acte.

Le lycéen de 16 ans interpellé après avoir ouvert le feu dans le lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes) ce jeudi 16 mars a passé la nuit en garde à vue. Le gardien de la salle de sport du lycée, Pascal Baudesson, a raconté le soir-même au 20 heures de France 2 son dialogue avec le jeune homme, qu’il a vu arriver lourdement armé. 


"Il était calme, un peu énervé, mais pas agressif envers moi, se remémore celui qui a été le premier à croiser le chemin du tireur, interrogé par France 2. Il avait un fusil à pompe et (...) un pistolet, un 38. Je discute avec lui, je me protège, et je lui dis : 'qu'est-ce que tu fais là' ? Il me dit : 'je n'ai pas fini de régler mon problème'."

"Il m'a dit : 'non, je n'ai pas fini ma mission'."

Le gardien raconte avoir tenté malgré tout de raisonner le jeune homme : "Je lui dis : 'De toute façon, c'est foutu, ils vont te tirer dessus, donc rends-toi. Donne-moi tes armes, si tu veux. Il n'a pas voulu. Il m'a dit : 'Non, je n'ai pas fini ma mission !'" Puis, "il a commencé à s'énerver", se rappelle encore Pascal Baudesson.


C’est "là, [qu’] il m'a balancé un bâton de dynamite artisanal, poursuit le gardien. Donc je me suis reculé, j'ai attendu cinq minutes, [le bâton] n'a pas explosé. Il y avait deux classes en panique, sur la gauche, je suis intervenu, (...) j'ai évacué les deux classes. Les soixante élèves sont partis, j'ai essayé de les rassurer." Ensuite, le Raid est intervenu, conclut-il.

En vidéo

Fusillade à Grasse : les lycéens témoignent

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coups de feu dans un lycée de Grasse

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter