Fusillade sanglante dans la Somme : le profil du tireur présumé se précise

Fusillade sanglante dans la Somme : le profil du tireur présumé se précise

DirectLCI
FAIT DIVERS - L'homme soupçonné d'avoir tué quatre personnes par balles mardi après-midi dans un camp de gens du voyage à Roye, dans la Somme, entretenait depuis plusieurs mois un différend avec le premier homme abattu, selon BFMTV. Il est toujours hospitalisé.

Le carnage de la Somme serait bien un règlement de comptes, comme la préfecture le présumait dès mardi soir. Si le mobile exact de son auteur présumé n'est pas encore connu, BFMTV affirme mercredi matin que cet homme de 72 ans, vraisemblablement alcoolisé au moment du drame, entretenait depuis plusieurs mois un différend avec le premier homme abattu dans ce camp de gens du voyage de Roye. Une violente dispute aurait éclaté avant les tirs.

La chaîne affirme également que le forcené, qui n'avait pas d'antécédents judiciaires, n'appartient pas à la communauté des gens du voyage, mais avait "adopté leur style" de vie.

"Une famille entière décimée, brisée"

Le septuagénaire n'a toujours pas été entendu car il a été hospitalisé après avoir lui-même été blessé dans la fusillade. Armé d'un fusil de chasse, cet homme a abattu mardi trois membres d’une même famille , un grand-père, le premier homme tué, sa belle-fille et son petit-fils, un nourrisson de six mois. Le frère de 3 ans a lui été grièvement blessé. L'auteur présumé du carnage avait ensuite ouvert le feu quand des gendarmes, alertés, s'étaient rendus sur les lieux, tuant l'un d'entre eux, un père de famille de 44 ans.

Bernard Cazeneuve qui s'est rendu mardi soir à l'hôpital d'Amiens où il a rencontré les blessés et les familles des victimes a expliqué avoir "vu hier soir une famille entière décimée, brisée, un jeune père qui avait perdu à la fois son père, sa compagne, son bébé, beaucoup d'émotion, de tension aussi, de colère". "J'ai tenu à aller à Amiens parce qu'un gendarme très valeureux, plein de bravoure, qui s'est interposé, a perdu la vie", a-t-il poursuivi, alors que des renforts de forces de l'ordre ont été déployés à Roye, ainsi qu'aux alentours du CHU d'Amiens où sont hospitalisés les blessés, en raison des tensions dans le camp où s'est produit le drame.

EN SAVOIR + >> Une fusillade éclate dans un camp de gens du voyage, quatre morts dont un gendarme
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter