Garde à vue prolongée pour Aurier, qui conteste toute violence

FAITS DIVERS

JUSTICE – Le latéral droit du PSG a été placé en garde à vue lundi matin, à la suite d’une altercation avec un policier en sortant d’une discothèque parisienne. Après une nuit au commissariat, le joueur campe sur ses positions : il n'a pas frappé le policier. Sa garde à vue vient d'être prolongée.

Serge Aurier est resté calme tout au long de son audition. Mais il conteste formellement les faits qui lui sont reprochés : des insultes et un coup de coude sur le torse d'un policier de la BAC. Sa garde à vue, qui devait s'achever ce mardi, a été prolongée. 

L'affaire démarre 24 heures en arrière, au petit matin, à bord d'un Porsche Cayenne dans le très chic 8e arrondissement de Paris. Serge Aurier et ses amis viennent de passer la soirée dans une discothèque de la rue Ponthieu. Les policiers de la BAC procèdent au contrôle du véhicule qui, stationné au milieu de la voie, gênerait la circulation. Le ton monte. Ordre est donné aux occupants de descendre de la voiture. Selon les policiers, le conducteur et les deux femmes à l'arrière auraient obtempéré, au contraire de Serge Aurier, peu enclin à coopérer. L'ancien joueur de Toulouse, "agité", aurait asséné un coup de coude sur le torse d'un des agents. Ce dernier, qui n'a pas été blessé, a néanmoins déposé plainte contre l'Ivoirien.

Le joueur accuse les policiers

Placé en garde à vue depuis au commissariat du 8e, Serge Aurier conteste toute violence, indiquent des sources policières à metronews. Selon le joueur, les policiers de la BAC se seraient montrés véhéments dès le début du contrôle. Il affirme avoir lui-même subi des violences de leur part et aurait fait constater une blessure au front et à la lèvre d'après son entourage cité par l'AFP. La veille, le footballeur avait été brièvement transféré dans une unité médico-judiciaire (UMJ) pour procéder à un examen médical.

Face aux deux versions contradictoires et à la demande du magistrat chargé de l'enquête, une confrontation entre le défenseur du PSG et le policier a eu lieu lundi soir, explique une source judiciaire. Au terme d'une deuxième nuit blanche, la garde à vue de Serge Aurier, qui devait s'achever ce mardi à l'aube, a été prolongée de 24 heures. 

A LIRE AUSSI >> Serge Aurier insulte Laurent Blanc sur Périscope

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter