Gendarme fauché en Gironde : le père aurait tué son fils mis en cause avant de se suicider

DirectLCI
FAIT DIVERS - Terrible découverte mardi matin dans un bois près de Salles, en Gironde. Les corps d'un jeune homme de 15 ans et de son père ont été retrouvés par des chasseurs. L'adolescent était accusé d'avoir mortellement fauché un gendarme lors d'un contrôle routier au début du mois. La piste d'un homicide suivi d'un suicide est désormais privilégiée.

Le corps de l'adolescent mis en cause dans la mort d'un gendarme le 4 février en Gironde et celui de son père ont été retrouvés ce mardi matin, a appris LCI de source proche de l'enquête, confirmant une information de Sud Ouest. Le procureur de la République de Bordeaux a apporté de nouveaux éléments mardi après-midi sur cette macabre découverte. Et c'est désormais la piste d'un d’un homicide commis par le père suivi d’un suicide qui est privilégiée. Voici ce que l'on sait. 


Une fausse visite à un membre de la famille. "Les premières investigations semblent indiquer que le père et son fils ont quitté le domicile familial hier [ndlr lundi] le 19 février, en début d'après-midi au prétexte de rendre visite à un membre de leur famille", indique le procureur de la République. 


La mère donne l'alerte après avoir découvert une lettre. C'est la mère de l'adolescent qui a donné l'alerte après avoir constaté la disparition du fusil de chasse du père et découvert une lettre manuscrite écrite par son conjoint. Elle appelle alors les gendarmes vers 22h45.   


Leurs dépouilles repérées par deux chasseurs dans un bois non loin de leur domicile de Salles. Les recherches lancées par les gendarmes dans la nuit n'avaient rien donné. Ni le tracking des téléphones. Ce sont finalement des chasseurs qui ont découvert les corps au petit matin. Dans le véhicule, deux autres lettres ont été découvertes, "vraisemblablement rédigées par le père et destinées à leurs proches", indique encore le procureur. Ces lettres faisaient état d'un "passage à l'acte imminent". 


Le père aurait tiré sur son fils.  D'après les premières constatations - et "sous réserve de ce que l'enquête pourra encore révéler" - l'hypothèse principale est celle d'un scénario "dans lequel le père a tiré sur son fils en premier avant de retourner l'arme contre lui", indique le procureur de la République. Une autopsie des deux corps sera réalisée mercredi à l'institut médico-légal de Bordeaux.

Enquête pour homicide suivi d'un suicide

Début février, l'adolescent âgé de 15 ans qui roulait sur une moto de cross trafiquée au moment des faits avait été mis en examen pour "homicide involontaire aggravé" et placé sous contrôle judiciaire. Le juge d'instruction n'avait ainsi pas suivi le parquet qui avait ouvert une information judiciaire pour "meurtre aggravé". Le gendarme de la brigade de Belin Beliet qui effectuait le contrôle routier avait été percuté de plein fouet par le jeune motard. Marié et père de trois enfants, il est mort de ses blessures le lendemain. 


La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux devait examiner l'affaire mardi, jour de découverte des corps. Le parquet avait en effet fait appel de l’ordonnance de placement sous contrôle judiciaire de l'adolescent, demandant son renforcement. L'enquête confiée à la section de recherches de Bordeaux se déroule désormais dans le cadre d'un homicide suivi d'un suicide. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter