Giovanni Costa, le faux électricien pédophile, condamné à 18 ans de prison

FAITS DIVERS

JUSTICE – La cour d’assises de Paris a condamné, ce vendredi 8 avril 2016, le violeur en série Giovanni Costa à 18 ans de prison. Rattrapé par son passé, l’accusé de 77 ans comparaissait pour les viols et agressions sexuelles de 27 fillettes, commis dans les années 1990.

Il a échappé à la peine maximale encourue. Giovanni Costa, violeur en série des beaux quartiers parisiens, a été condamné ce vendredi 8 avril par la cour d’assises de Paris à 18 ans de réclusion. Une peine légèrement inférieure aux réquisitions de l’avocat général, qui avait demandé une peine de 20 ans d'enfermement.

Pourtant, au cours de son procès, l’accusé n’a rien fait pour implorer la clémence du jury. Injurieux, colérique, Giovanni Costa, 77 ans, s’est montré incontrôlable dès l’ouverture du procès, jeudi 31 mars. Et a gagné une expulsion de deux heures, ordonnée par le président. La raison ? Une flopée d’insultes lâchée à l’encontre du président, au moment du rappel des faits : "Tu racontes des conneries, va te faire enculer. C’est toi le violeur de petites filles, collabo !" a-t-il eu le temps de hurler avant de disparaître dans la souricière du tribunal… jusqu’à la fin des débats, refusant d’en sortir.

EN SAVOIR + >>  Le calvaire des victimes de viols pour témoigner 20 ans plus tard

Une soixantaine de plaintes

Les explications de Giovanni Costa, confondu par son ADN, étaient pourtant attendues des victimes, qui, pour la plupart d'entres elles, ont témoigné d'un traumatisme toujours présent à l'âge adulte. Rattrapé par son passé, l'accusé devait répondre, 20 ans plus tard, de 9 viols et tentatives ainsi que de 18 agressions sexuelles. Déguisé en électricien, cet Italien, ébéniste de formation, se faufilait dans les résidences des quartiers chics de Paris, demandait de l'aide aux petites filles pour "changer une ampoule" et en profitait pour les violer.

A l’origine, une soixantaine de plaintes avaient été déposées dans ce dossier hors-norme. Toutes pouvaient correspondre au mode opératoire de Giovanni Costa. Aujourd’hui, seules 27 d’entre elles sont officiellement reconnues par la justice comme des victimes.

EN SAVOIR +
>>  Les faits : un faux électricien jugé pour de multiples viols de fillettes
>>  "Il m'a mis ses doigts entre mes cuisses" : une victime raconte l'enfer du viol

Lire et commenter