Gironde : un centre qui pourrait accueillir des migrants de Calais incendié

Gironde : un centre qui pourrait accueillir des migrants de Calais incendié

FAIT DIVERS – Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux départs d’incendie ont endommagé le centre de la Caisse centrale d'activité sociale (CCAS) d'EDF à Arès (Gironde). Situé sur le Bassin d'Arcachon, il doit accueillir une trentaine de migrants venus de la "Jungle" de Calais. L’origine criminelle est privilégiée.

Nouvel incident visant un centre devant accueillir prochainement des migrants de Calais. Après l’incendie du centre de Forges-les-Bains dans l’Essonne, début septembre, après les coups de feu tirés en direction des centres de Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique, et de Saint-Hilaire-du-Rosier, en Isère, c’est cette fois le portail et la porte d’entrée du bâtiment principal d’un potentiel site d’accueil de migrants qui ont été visés dans la nuit de jeudi à vendredi à Arès, en Gironde. 

"Il y a eu deux départs d’incendie dans ce centre de vacances géré par la Caisse centrale d'activité sociale d'EDF, qui devrait accueillir des migrants de Calais, indique une source proche du dossier à LCI. Un jerrican a été retrouvé sur place, ainsi que des traces d’hydrocarbures. La piste criminelle est privilégiée."  

Des prélèvements ont été effectués dès vendredi matin et une enquête, confiée aux brigades de recherche d’Arcachon et de Bordeaux, a été ouverte... Deux jours après les faits, les gendarmes n’ont encore procédé à aucune interpellation.

Une délibération contre l'accueil de migrants

Le préfet de la Gironde, Pierre Dartout, et le maire d’Arès, Jean-Guy Perrière (DVD), ont tous deux condamné les dégradations commises. L’élu s'est dit "désolé de ce qui arrive d'une manière générale", et peut amener des gens, du côté des "pro" comme des anti-migrants, "à dépasser les limites du raisonnable".

Le site d'Arès, commune située sur le nord du Bassin d'Arcachon, est l'un de ceux à l'étude en Gironde pour accueillir des migrants venus de la "Jungle" de Calais. Quelque 900 d'entre eux doivent être accueillis dans la région Nouvelle Aquitaine au cours des prochaines semaines, selon les chiffres de la préfecture. Ils devraient être répartis par groupes de 30 à 50 dans chaque site retenu.

Le conseil municipal d'Arès, à majorité de droite, avait voté fin septembre une délibération se prononçant contre l'accueil de migrants dans la commune. Et les semaines suivantes ont vu le débat se poursuivre entre "pro" et "anti", avec lancement de pétitions, et deux manifestations qui ont rassemblé, selon le maire, environ 150 personnes favorables à l'accueil de migrants, et 300 contre. Des rassemblements qui se sont déroulés "sereinement", a souligné l'édile.

VIDÉO - Jungle de Calais : comment vont être évacué les migrants

En vidéo

Jungle de Calais : comment vont-être évacué les migrants

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : l’Australie pourrait maintenir ses frontières fermées jusqu’à fin 2022

Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.