Gironde : un homme travaillant dans la garde d’enfants à domicile mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs

Gironde : un homme travaillant dans la garde d’enfants à domicile mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs

JUSTICE - La gendarmerie de Bordeaux a annoncé mercredi l'interpellation et la mise en examen d'un homme pour des agressions sexuelles présumées sur mineurs. Cet homme, jusqu'à présent, était employé par une agence de garde d'enfants à domicile. Quatre autres individus ont également appréhendés pour "détention d’images pédopornographiques".

En Gironde, la gendarmerie a annoncé mercredi avoir interpellé un homme dans le cadre d’une enquête sur des détenteurs de photos pédopornographiques. Travaillant dans le secteur de la garde d’enfants à domicile, il a été mis en examen pour des agressions sexuelles présumées sur mineurs.

L'opération a été menée par une section de recherches de la gendarmerie de Bordeaux, spécialisée en cybercriminalité. Une information judiciaire a été ouverte pour ce dernier, soupçonné d'agressions sexuelles de mineurs. L'homme était "employé dans un organisme spécialisé dans la garde d'enfants à domicile, lui permettant ainsi d'être au contact d'enfants."

Cinq hommes interpellés au total

Le suspect n’est pas le seul à avoir été appréhendé. Au total, cinq hommes, âgés de 35 à 63 ans ont été interpellés, sans lien entre eux, pour "détention d’images pédopornographiques", après la détection de "téléchargements illicites à caractère pédopornographique" dans le cadre d’une veille d’un réseau "peer to peer" (échange de fichiers).  

"Cinq individus ont pu être ciblés et interpellés. Placés en garde à vue, ils ont été, pour quatre d'entre eux déférés devant le parquet mineur", a précisé la gendarmerie dans un post sur Facebook.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un conseil de défense sanitaire se tiendra lundi, annonce Jean Castex

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.