Violences conjugales : un homme suspecté d'avoir battu sa femme à mort mis en examen

FAITS DIVERS

FÉMINICIDE - Un quinquagénaire a été mis en examen à Grenoble pour violences volontaires ayant entraîné la mort, après le décès de sa femme, ce vendredi.

L'autopsie de la victime, âgée de 30 ans, et retrouvée morte ce mercredi matin, avait révélé de nombreuses ecchymoses sur son visage, et permis de lier sa mort au fait qu'elle avait reçu "un ou plusieurs coups très violents". Ce samedi, l'AFP a appris que son compagnon, âgé de 51 ans, a été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort" et placé en détention, dans la région de Grenoble (Isère).

Il avait été interpellé puis placé en garde à vue dans la matinée du jeudi 3 août. La veille, il avait appelé les secours depuis le domicile familial après s'être aperçu que sa compagne, avec qui il a eu deux enfants, âgés de deux et trois ans, ne respirait plus, rapporte Le Dauphiné Libéré, qui a révélé l'information. C'est en découvrant les ecchymoses sur le visage et le corps de la jeune femme qu'une autopsie avait été ordonnée. Désormais, l'instruction aura pour but "de déterminer quelle était leur relation et de travailler sur le passé de cet homme". 

Le suspect avait été condamné auparavant pour des faits de violence, a précisé le parquet de Grenoble auprès de l'AFP. Chaque année, 216.000 femmes sont victimes de violences conjugales. Selon les plus récents chiffres, cités par le gouvernement et en date de 2014, ce sont 114 femmes qui sont mortes sous les coups de leur compagnon, soit presque un décès tous les trois jours.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter