Hommage à Rémi Fraisse : situation tendue place de l'Hôtel de Ville à Paris

FAITS DIVERS
MANIFESTATION - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce mercredi sur la parvis de l'Hôtel de Ville à Paris en hommage à Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage de Sivens (Tarn). Selon plusieurs témoignages, l'ambiance est "tendue".

Ils avaient appelé à venir casqués , parce que "nous prenons la mesure des dangers que l’on encourt quand on manifeste sa colère dans la rue, Parce que pour nous le casque n’exprime pas la violence, mais le besoin impératif de se protéger". Ce mercredi soir, plusieurs centaines de personnes se sont réunies dès 19 heures sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour rendre hommage à Rémi Fraisse, étudiant âgé de 21 ans, mort dans la nuit de samedi au dimanche sur le site du barrage de Sivens.

Très vite, l'ambiance s'est tendue, plusieurs manifestants déplorant la présence massive de policiers. Trente camions de police et environ 200 CRS étaient déployés vers 21 heures, a pu constater metronews, tandis que le périmètre était bouclé. 

Une cinquantaine de personnes auraient été interpellées par la police, selon les manifestants présents sur place. De nombreuses façades de la rue de Rivoli, aux abords de l'hôtel de ville ont également été tagguées. 

Les organisateurs de la manifestation indiquaient dès 18h30 que des contrôles de police étaient en cours aux stations de métro Châtelet et Saint-Paul.

- A 19h30, entre 300 et 400 personnes, toujours selon les organisateurs, étaient sur place. "Les flics bloquent l'accès au niveau du pont de Notre Dame et fouillent les sacs" précisaient-ils.  

- A 19h45, "Le rassemblement part en manif sauvage mais se fait bloquer directement au niveau de la rue de Rivoli" ajoutaient-ils.

Contactée par metronews, la préfecture de police de Paris (PP) a indiqué que la manifestation n'avait pas été déclarée. Selon elle, "les manifestants ont tenté de partir en cortège sauvage mais ont été contenus par les forces de l'ordre".
Concernant les effectifs police, la PP a rappelé qu'elle ne donnait "jamais de chiffre" indiquant que "l'effectif était adapté aux circonstances et aux nombres de manifestants".

- A 20h15 : "Une partie de la manif a attaqué les portes de l’Hôtel de Ville. Les flics réagissent en attaquant de tous les côtés et resserrent ce qui ressemble de plus en plus à une nasse. 20 heures: Quasiment mille personnes. Pas possible de décoller de l'Hôtel de Ville même".

- 20h20 : "150 personnes pris dans une nasse. L’ambiance reste très tendue" selon les organisateurs.

Lire et commenter