Il loue sa maison sur Airbnb pour le Nouvel An et la retrouve ravagée par une centaine de personnes

DirectLCI
VANDALISME – Un habitant de Villeurbanne qui avait loué sa maison pour la soirée de la Saint-Sylvestre via Airbnb a retrouvé son domicile saccagé par une centaine de fêtards à son retour de vacances. La plateforme américaine a assuré qu’elle prendrait en charge l’ensemble des travaux.

Si, un jour, vous avez loué votre domicile, l'idée vous a forcément traversé l'esprit... et vous a inquiété. Un habitant de Villeurbanne (Rhône) qui avait mis sa maison en location pour la nuit de la Saint-Sylvestre a eu la désagréable surprise de retrouver son bien saccagé par une centaine de fêtards. Selon Le Progrès, la réservation mentionnait pourtant un maximum de quatre occupants. Une façon, se disait le propriétaire, de s’assurer une clientèle tranquille et de se prémunir contre d’éventuelles soirées trop festives. Cela n’a pas suffi.


Parti passer les vacances en Tunisie dans le même temps, le jeune cadre commercial de 38 ans n’a pu que constater les dégâts. Grâce à deux caméras installées dans le jardin de sa villa du quartier Cusset, le déroulé des évènements ne laisse place à aucun doute. Sur les vidéos qu’il visionne directement sur son portable, il voit d’incessantes vagues de nouveaux arrivants. Une sorte de "Projet X" réel. "1h33, il y a de plus en plus de monde. 1h43, ça augmente", raconte-t-il. De retour en France, il découvre une porcherie ; un sol collant indécrassable, un mur tapissé d’alcool, une porte-fenêtre cassée, une étagère arrachée, un écran plat brisé… 

Dévastée, la victime estime le coût des réparations à près de 50.000 euros. Un montant qui devrait être intégralement pris en charge par Airbnb (la garantie de remboursement pour les hôtes monte à 800.000 euros maximum), si l’on en croit ce qu’a assuré la direction de la plateforme à nos confrères du Progrès. Le trentenaire, qui a conservé l’intégralité des images de vidéosurveillance ainsi que l’identité de son locataire, a également déposé plainte pour dégradations volontaires. La procédure est lancée. Il devrait se souvenir longtemps de sa nouvelle année. 


Il n’est toutefois pas le seul dans ce cas – même si 0,009% des séjours seulement ont donné lieu à un litige supérieur à 1000 euros en 2016.  À Sainte-Colombe (Ille-et-Vilaine), un coupe de Bretons a lui aussi connu pareille (més)aventure le 31 décembre. Pensant louer leur maison à 5 personnes – ils avaient pris soin de mentionner "pas de fête ni de soirée" dans leur annonce – conformément à ce que leur avait affirmé le jeune homme intéressé, Melissa et Julien ont dû semblablement se confronter à une scène de chaos, causée par une quarantaine de personnes d’après leurs voisins. Les photos publiées par Ouest-France sont saisissantes. 

C’est l’horreurMelissa, victime du saccage de sa maison le 31 décembre

"Le frigo ne marche plus, le lave-vaisselle est cassé, le canapé a été démonté, une partie était à l’étage. Le petit lit de ma fille était dans la baignoire… La douche est descellée, un carreau est cassé. Ils ont arraché le lustre du salon. C’est l’horreur", confie Marina dans les colonnes du quotidien régional. "Même Plume, le poisson rouge de ma fille, est décédé." Les parents et leurs deux enfants ont été contraints de déménager temporairement le temps des réparations (un délogement forcé pris en charge par Airbnb même si le couple doit avancer les frais). "Comment allons-nous faire la semaine prochaine. Lorsque l’école va reprendre ?"


Démoralisée et angoissée, la famille trouvera peut-être toutefois un brin de réconfort dans la solidarité que leur histoire a suscité. À l’initiative de l’un de leurs amis d’enfance en effet, une cagnotte a été mise en place sur le site Le Pot Commun afin, notamment, de leur permettre de démarrer les travaux. S’il est pour l’heure impossible de connaître le montant récolté, nul ne doute que Melissa, Julien et leur deux filles devrait avoir de quoi repartir du bon pied ; ce dimanche en fin de matinée, plus de 650 personnes y avaient déjà participé. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter