"Il s'apprêtait à intégrer une école d'art", deux amis de Kévin, 17 ans, assassiné, racontent le garçon qu'il était

DirectLCI
TÉMOIGNAGES - Les funérailles du jeune homme poignardé à mort la semaine dernière devaient se tenir ce vendredi après-midi à Mourmelon-le-Grand. Deux de ses amis proches nous parlent du jeune homme qu'il était.

Kévin, 17 ans, devrait être en train de réviser le bac. Fils d’un cadre du 501e Régiment de chars de combat (RCC) et d’une mère assistante maternelle, aîné d’une fratrie de trois enfants, Kevin sera enterré ce vendredi à l'issue d'une cérémonie à l’église de Mourmelon-le-Grand, à 16 heures. Le jeune garçon a été assassiné samedi dernier dans un parc de la ville. Deux mineurs ont été mis en examen pour assassinat. 


Mehura et Lucas, ses deux meilleurs amis, décrivent celui, qui, à leurs yeux, ne "perdait jamais espoir, avait toujours le sourire et ne rabaissait jamais les autres".

"Je suis une amie de Kévin. Il n’avait que deux meilleurs amies filles en fait. J’étais sa confidente. On se connaissait depuis 6 ans " explique Mehura, une jeune fille âgée de 18 ans et qui s'apprête à passer un baccalauréat en graphisme et communication visuelle.


 "Kévin était un mec en or. Quand on était son ami, on savait que c’était pour la vie", souligne Mehura. Un sentiment partagé par Lucas, lui aussi très bon ami du jeune homme disparu.

Il m'a pris sous son aile Lucas, un ami très proche de Kévin

"Kévin, je le connais par cœur. On se côtoie depuis 7 ans. Il m’a pris sous son aile à mon arrivée au collège en classe de sixième car j’étais nouveau à Mourmelon-le-Grand", raconte ainsi Lucas en continuant de parler de son ami au présent tant il ne "réalise pas" que son ami n'est plus là. "Il m’a présenté à ses propres amis et m'a mis en confiance. Je suis alors devenu plus qu'un simple copain de classe. On a commencé à partager nos passions, la boxe, le karaté et la musculation", détaille l'adolescent de 17 ans. Au fil du temps, les garçons se soutiennent et développent une relation fraternelle. " On se conseillait sur nos histoires d'amours respectives"affirme t-il.


"Il débarquait en bas de chez moi en pleine nuit pour discuter. Je passais par la fenêtre pour le voir à l'insu de mes parents. Il me parlait de ses problèmes de cœur. Il en était rassuré",  ajoute quant à elle Méhura. 

Passionné de rap américain, de dessin et de cinéma

Comme bon nombre d'adolescents, Kévin avait une multitude de centres d'intérêts. À commencer par le dessin. "Il adorait esquisser des dessins inspirés par les mangas, des jeux vidéo et de la mythologie" révèle Lucas. "Il devait même intégrer une école d’art après le baccalauréat" lâche-t-il, amer. Kévin se passionne aussi pour le rap américain : Eminem, Tupac, 6ix9ine et Lil Peep

Il faisait sans cesse le clown pour faire rire les autresLucas

"Il était attachant, sincère, loyal et drôle" confie Méhura. "Il faisait sans cesse le clown pour faire rire les autres", renchérit Lucas. "Par exemple, Kevin était atteint de daltonisme. Et, du coup, il  a toujours cru que la vache Milka était bleue alors qu’elle est violette. On aimait bien le taquiner là-dessus. Il savait faire preuve d’une grande autodérision."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter