Etats-Unis : venus découvrir la vie dans un ranch, deux jeunes Français finissent en prison

Etats-Unis : venus découvrir la vie dans un ranch, deux jeunes Français finissent en prison
FAITS DIVERS

VERY BAD TRIP – Alors qu’ils pensaient s’essayer à la vie américaine dans un ranch, deux jeunes Bretons ont vécu un véritable cauchemar avant même d’avoir mis le pied sur le sol américain. Ils ont été accusés de travail dissimulé sous couvert de vacances estivales et remis dans l’avion pour la France menottes aux mains.

Sous le choc. Olivane et Evan ne garderont pas les souvenirs plein la tête de leur périple estival aux Etats-Unis. Les deux jeunes Bretons se voyaient déjà dans leur ranch de Buffalo (Etat de New York), elle s’occupant des chevaux, lui jouant sans doute les cow-boys comme on le voit dans les films. Mais ce voyage, qui devait permettre à Olivane de valider sa licence d’anglais et à Evan, son diplôme d’ingénieur, a viré au cauchemar, comme le rapporte Ouest France.

Les deux étudiants de 21 ans sont pourtant bien montés dans l’avion afin de passer deux mois dans un ranch. Tout était prévu pour que l’expérience soit réussie : ils se faisaient héberger et nourrir en échange de quelques heures de travail. Une pratique appelée le woofing, assimilée à du bénévolat en France, et qui a le vent en poupe. Mais, arrivés à Philadelphie, ils ont été accueillis par le Homeland Security (la sureté du territoire). 

En vidéo

Connaissez-vous le Wwoofing ?

Traités comme des criminels

"Les services du Homeland Security ont trouvé étrange que l’on reste deux mois au même endroit", explique Olivane à Ouest France. "Ils m’ont dit que je n’avais pas le droit de rentrer sur le territoire américain car, pour eux, j’allais y travailler de manière dissimulée." Ils vont être interrogés séparément pendant des heures. Le couple découvre alors, à sa grande surprise, que le woofing est interdit aux Etats-Unis. Olivane et Evan sont arrêtés, menottés et déshabillés. Ils vont être séparés et envoyés dans des prisons différentes. Les jeunes Bretons y resteront 12 heures, traités "comme des criminels", fouillés au corps et subissent même l’injection d’un produit dont on ne leur spécifie pas la nature. 

Depuis le jeudi 28 juin, Olivane et Evan sont rentrés en France. "Nous avons vécu des heures d’angoisse absolue", explique la maman de ce dernier qui a contacté le ministère des Affaires étrangères sans avoir d’explication à cette situation. Car Olivane avait bien une convention signée entre son université et le ranch. Traumatisés, les deux étudiants veulent prendre quelques jours de repos. Mais ils ne désespèrent pas de trouver un autre endroit à l’étranger pour valider leurs diplômes. Ce ne sera pas aux Etats-Unis où ils ne peuvent plus mettre les pieds avec un visa touristique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent