Imbroglio autour des analyses toxicologiques d'Adama Traoré

Imbroglio autour des analyses toxicologiques d'Adama Traoré

FAITS DIVERS
DirectLCI
ENQUÊTE - Les analyses toxicologiques d'Adama Traoré ont montré une absence de stupéfiants et d’alcool, révélait mercredi l'avocat de la famille. Ce jeudi, le procureur de Pontoise indique que le jeune homme était sous l'emprise de cannabis au moment de son interpellation, sans préciser si cela avec un lien ou non avec sa mort.

Les conclusions s'opposent. Mercredi 10 août, Yassine Bouzrou, avocat de la famille d'Adama Traoré, déclarait que les analyses toxicologiques menées sur le corps du jeune homme démontraient "une absence de médicaments et de stupéfiants, et également une absence d'alcool". Ce jeudi, le procureur de Pontoise Yves Jannier a annoncé que la première autopsie d'Adama Traoré avait conclu que le jeune homme "était sous l'emprise des effets psychotropes du cannabis au moment de son décès", sans préciser si cela avait un lien ou non avec sa mort.

Comment expliquer que l'avocat et le procureur n'aient pas les mêmes résultats ? Yves Jannier explique qu'en réalité, deux analyses toxicologiques ont été effectuées. L'une, réalisée à partir d'un scellé contenant "des vomissures", conclut à l'absence de médicaments, de stupéfiants et d'alcool. Mais la seconde, réalisée à partir de prélèvements sur le corps du jeune homme, conclut à une consommation de cannabis. Contacté, Me Bouzrou a déclaré que ce second rapport "n'a pas été notifié aux parties au moment où je vous parle".

EN SAVOIR +
>>  Adama Traoré pourrait être mort asphyxié sous le poids des gendarmes
>>  L'autopsie n'a pas déterminé la "cause immédiate"

L'avocat annonçait des poursuites contre un médecin de l'UMJ

Dans un rapport rédigé le 19 juillet, deux heures après son décès, un médecin de l'unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital de Gonesse avait fait état d'une "toxicomanie" et d'un "éthylisme chronique". L’avocat de la famille avait alors annoncé vouloir intenter des "poursuites disciplinaires" contre l'auteur du rapport. "Je pense que c'est une pure invention de l'UMJ" de nature à donner "une image faussée d'Adama Traoré" et de son état de santé. 

Au nom de la famille, l'avocat doit par ailleurs déposer deux plaintes dénonçant l'attitude des forces de l'ordre pendant et après l'arrestation, dont une à l'encontre d'une gendarme pour "faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse et modification de scène de crime." La première étant pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner".

A LIRE AUSSI 
>> 
Les nombreuses zones d'ombre autour de la mort d'Adama Traoré >>  Mort d'Adama Traoré : la justice dit non à une troisième autopsie
>>  La marche de soutien à Adama Traoré n’a pas eu lieu

>>  L'affaire Traoré et l'incontournable question raciale
>> 
Mort d'Adama Traoré : sa famille porte plainte contre une gendarme

 


Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter