Incendie mortel à Rouen : le parquet confirme la piste accidentelle

FAITS DIVERS
DRAME - Un incendie s'est déclaré dans la nuit de vendredi à samedi dans un bar du centre de Rouen au cours d'une fête d'anniversaire. Le bilan est lourd : au moins 13 morts et 6 blessés. Le parquet a confirmé la piste accidentelle du drame.

Un incendie survenu dans un bar du centre-ville de Rouen, en Seine-Maritime a fait au moins 13 morts et six blessés dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le ministre de l'Intérieur dans un communiqué. Ce qui en fait l'incendie le plus meurtrier en France depuis 2005.

Un incendie d'origine accidentelle ?

"Un incendie dans un bar du centre-ville de Rouen a fait cette nuit, selon un bilan provisoire, 13 morts et 6 blessés entraînant l'intervention de plus de 50 sapeurs-pompiers", a indiqué Bernard Cazeneuve, précisant qu'une "enquête judiciaire est en cours pour déterminer les causes de l'incendie". Selon Paris-Normandie , le vice-procureur au parquet de Rouen "insiste sur un incendie d'origine accidentelle".

Les victimes seraient principalement des jeunes âgés de 18 à 25 ans. Ils assistaient, d'après Ouest France , aux 20 ans d'une jeune policière. Sur place, un périmètre de sécurité constitué de barrières métalliques a été mis en place devant ce qui restait de la façade rouge du bar "Le Cuba Libre", dont toutes les vitres ont été soufflées et le store brûlé.

L'embrasement d'une matière au plafond

Selon le commissariat de police de Rouen, les victimes ont été intoxiquées après l'embrasement d'une matière du plafond d'une salle située au sous-sol du bar provoqué, où se déroulait une soirée, suite à l'allumage de bougies d'anniversaire.

"Il n'y a pas eu d'explosion, ce sont les bougies utilisées pour une fête d'anniversaire qui ont enflammé le plafond constitué de polystyrène, libérant des gaz qui ont intoxiqué les victimes", a déclaré la permanence du commissariat. Une thèse confirmée en début d'après-midi par le parquet de Rouen, alors que les théories du complot commençaient à fleurir sur une partie des réseaux sociaux.  Le vice-procureur Labadie a indiqué à l'AFP : "Quelqu'un est descendu avec un gâteau d'anniversaire avec des bougies et a chuté dans l'escalier. [...] Il y a eu projection des bougies sur les murs et sur le plafond", provoquant une inflammation immédiate et propagation de gaz".

Une personne en état d'urgence absolue

Selon la préfecture de Seine-Maritime, l'incendie s'est déclaré aux alentours de minuit. "Parmi les six blessés, une personne est en [état d']urgence absolue", a indiqué le secrétaire général de la préfecture.

Une cellule de soutien médico-psychologique a été ouverte au CHU Charles Nicolle de Rouen. Dans son communiqué, Bernard Cazeneuve a salué "la très grande réactivité et l'action des services de police et des sapeurs-pompiers du Service Départemental d'Incendie et de Secours de Seine-Maritime qui a permis de maîtriser rapidement l'incendie. Les victimes ont été immédiatement prises en charge par le SAMU".

Le Premier ministre a réagi et adressé ses condoléances aux familles des victimes sur Twitter, évoquant sa "profonde tristesse". Tout comme Laurence Rossignol, la ministre des Familles.

Il n'y avait pas eu d'incendie aussi meurtrier en France depuis celui survenu, le 4 septembre 2005, dans un immeuble d'habitation à L'Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne, faisant 18 morts. Cette année-là, plusieurs incendies avaient ravagé des immeubles et des hôtels vétustes, causant des bilans tragiques. Le plus grave d'entre eux avait été celui de l'hôtel Paris-Opéra, un hôtel d'hébergement d'urgence, qui avait provoqué la mort de 24 personnes, dont 11 enfants.

A LIRE AUSSI 
>> L'Haÿ-les-Roses : un procès sur fond de vengeance
>>  Hôtel Paris-Opéra : deux ans de prison ferme pour la responsable de l'incendie

Lire et commenter