Incendie mortel de Mulhouse : le principal suspect mis en examen après avoir reconnu les faits

DirectLCI
AVEUX - Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie s'est déclaré dans un immeuble HLM de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, causant la mort d'un adulte et de quatre enfants. L'homme placé en garde à vue depuis lundi dans le cadre de l'enquête a reconnu les faits ce mardi, selon une source proche de l'enquête à l'AFP, avant d'être mis en examen et incarcéré dans la soirée.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie s'est déclaré dans un immeuble HLM de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, causant la mort d'un adulte et de quatre enfants. L'homme placé en garde à vue depuis lundi dans le cadre de l'enquête a reconnu les faits, indique l'AFP, de source proche de l'enquête. Il a ensuite été mis en examen pour "destruction par moyen dangereux" ayant entraîné la mort, des infirmités et des blessures, et incarcéré.


Interpellé quelques heures après les faits, l'homme de 28 ans résidait dans l'immeuble et était déjà connu de la justice pour des faits de dégradations par incendie, avait indiqué lundi le procureur de la République de Mulhouse, Dominique Alzeari. Selon le journal L'Alsace, le jeune homme aurait reconnu "avoir jeté un mégot de cigarette dans la cage d'escalier au niveau du sous-sol" de cet  immeuble de 10 logements situé dans le quartier de Bourtzwiller, une zone de  sécurité prioritaire au nord de Mulhouse.

Huit blessés, dont trois graves

Outre les cinq décès, huit autres personnes ont été blessées dans l'incendie, dont des femmes et des enfants, par des brûlures ou par des émanations de fumées toxiques. Parmi elles, trois, dans un état grave, sont hospitalisées dans des structures spécialisés pour grands brûlés à Nancy et à Metz.


Au moment des faits, peu avant minuit, le feu s'est déclaré dans la cave de l'immeuble et s'est rapidement propagé dans la cage d'escalier de l'immeuble, qui compte cinq  étages. A l'arrivée des secours, d'épaisses fumées toxiques emcombraient la cage d'escalier, et les habitants survivant ont dû être évacués par les fenêtres.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter