Infanticide de Berck-sur-Mer : la santé mentale de Fabienne Kabou en question

Infanticide de Berck-sur-Mer : la santé mentale de Fabienne Kabou en question
FAITS DIVERS

JUSTICE – Trois collèges d'experts ont examiné Fabienne Kabou depuis son placement en détention le 30 novembre 2013 à la maison d'arrêt de Sequedin. Leurs rapports n'ont pas livré les mêmes conclusions. Pour certains, l'accusée qui est jugée jusqu'à vendredi devant la cour d’assises du Pas-de-Calais pour l'assassinat de sa fille à Berck-sur-Mer, est atteinte d'une pathologie mentale, pour d'autres, non.

Tous ont relevé "la qualité de son discours", "la richesse de son vocabulaire", "son aspect soigné", "son intelligence", "son QI de 135" et "l'influence de croyances paranormales" sur elle. Tous ont conclu à l'altération du discernement de Fabienne Kabou, jugée jusqu'à vendredi par la cour d’assises du Pas-de-Calais pour avoir noyé sa fille sur une plage de Berck-sur-Mer dans la nuit du 19 au 20 novembre 2013.

Toutefois, les deux collèges d'experts qui ont examiné l'accusée ne sont pas tombés d'accord quant à la présence ou non de troubles mentaux chez cette femme à la personnalité complexe.

"Maladie délirante chronique paranoïaque"

Louis Roure, psychiatre, et Alain Penin, psychologue, sont les premiers à avoir rencontré Fabienne Kabou en février 2014. Pour eux, "Il n'y a pas de trouble de la conscience, pas de trouble de l'adaptation et pas d'activité délirante ou hallucinatoire chez Fabienne Kabou mais ses croyances, réelles ou inventées (en référence à la sorcellerie ndlr) ont, de toute évidence, influencé son comportement".

Les résultats de la contre-expertise psychiatrique menée quelques mois plus tard par les docteurs Daniel Zagury, Roland Coutanceau et Maroussia Wilquin ne vont pas dans le même sens. "L'existence d'une pathologie mentale de type aliénante chez Fabienne Kabou s'est imposée à nous. Cette femme est sujette à une psychose paranoïaque chronique, a expliqué Maroussia Wilquin. Cela se traduit par un vécu délirant, très souvent de persécution, par des hallucinations intrapsychiques qui s'imposent à son esprit, et par une anosognosie. Fabienne Kabou ne peut pas reconnaître qu'elle est malade donc elle cherche des explications dans ce qu'elle connaît, en l'occurrence chez l'une de ses grands-mères africaines qui pratiquait la magie noire".

"Elle n'avait pas toute sa tête"

Au moment du passage à l'acte, au moment où Fabienne Kabou a descendu la plage de Berck-sur-mer pour y déposer son bébé de 15 mois sur le sable afin qu'il soit emporté par la mer, avait-elle toute sa tête ? "Non, c'est exactement le contraire" répond Maroussia Wilquin. Dans ce cas, Fabienne Kabou a-t-elle sa place dans ce box de la cour d’assises du Pas-de-Calais ? "Selon nous oui, commente la psychiatre. Car dans ce psychisme extrêmement particulier, il persistait assez d'éléments ancrés dans la réalité pour qu'elle le soit".

Maroussia Wilquin a évoqué un "homicide altruiste". Elle s'en explique ainsi : "Dans son esprit, Fabienne Kabou a tué sa fille pour la sauver de quelque chose de pire. Ce pire, dans son délire, ce sont les choses qu'elle aurait pu endurer si elle l'avait laissée être en proie aux esprits maléfiques de toutes ces femmes dans son entourage".

Daniel Zagury devait lui aussi livrer les détails de son examen ce mercredi. En raison des violents orages survenus en début de soirée et du placement en vigilance orange du Pas-de-Calais, la préfecture de police a recommandé aux automobilistes de ne pas circuler après 20 heures L'audience a été suspendue. Le psychiatre sera finalement entendu jeudi matin à 9 heures.

EN SAVOIR +
>> 
Infanticide de Berck-sur-Mer : vive émotion après la diffusion d'images de la petite Adélaïde vivante >>  Infanticide de Berck-sur-Mer : "Je n'ai toujours pas fait le deuil de ma fille. Je ne le ferai jamais" >>  Infanticide de Berck-sur-Mer : "J'ai vu quelque chose sur la plage, j'ai cru que c'était un phoque"
>>  Procès de Fabienne Kabou : la naissance d'Adélaïde a été "un moment d'émerveillement"
>> 
Infanticide de Berck-sur-Mer : sur un ton neutre, Fabienne Kabou tente d'expliquer l'abominable >>  Infanticide de Berck-sur-Mer : la personnalité de Fabienne Kabou passée au crible
>> 
Mort d'Adélaïde, 15 mois, sur une plage de Berck : le procès de l'énigmatique Fabienne Kabou s'ouvre >>  Procès Kabou : "Pendant les trois premiers mois de ma détention, je ne suis pas sortie de ma cellule"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent