INFO LCI - Garde à vue prolongée pour Jean-Marc Morandini, du matériel informatique saisi

INFO LCI - Garde à vue prolongée pour Jean-Marc Morandini, du matériel informatique saisi
FAITS DIVERS

JUSTICE - Selon nos informations, la garde à vue de l'animateur Jean-Marc Morandini a été prolongée de 24 heures ce jeudi matin. Il est entendu dans le cadre de l'enquête pour "corruption de mineurs" ouverte après les révélations sur les castings de sa websérie "Les faucons".

Toute l'info sur

L'affaire Morandini

D’après nos informations, la garde à vue de l’animateur Jean-Marc Morandini a été prolongée de 24 heures ce jeudi 22 septembre 2016 par la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire parisienne. 

 

Le journaliste et producteur de télévision, âgé de 51 ans, est interrogé dans le cadre d’une enquête préliminaire pour "corruption de mineurs" ouverte au début de l’été par le parquet de Paris, suite notamment à un article du journal Les Inrocks

Confrontation prévue dans l'après-midi

Une perquisition a par ailleurs eu lieu à son domicile mercredi. Selon nos informations, les enquêteurs ont saisi du matériel informatique : téléphone, ordinateur, tablette, clé USB... "Ils sont en cours d'exploitation", indique à LCI une source proche du dossier.

Par ailleurs, toujours selon nos informations, une confrontation avec les plaignants est prévue dans l'après-midi. L'animateur est gardé à vu dans les locaux de la brigade de protection des mineurs (BPM), quai de Gesvres à Paris.

Son avocat, Me Patrick Klugman a précisé que Jean-Marc Morandini était "combatif et déterminé à coopérer dans la plus grande transparence avec les autorités judiciaires". 

En vidéo

Jean-Marc Morandini placé en garde à vue

Lire aussi

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

    CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

    EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

    Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

    Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent