Info TF1/LCI - Paris : fin de cavale dans un salon de beauté pour un braqueur chevronné

Info TF1/LCI - Paris  : fin de cavale dans un salon de beauté pour un braqueur chevronné

REPRIS - Auteur, en compagnie de quatre complices, d'un casse à 1 million d'euros de bijoux Van Cleef & Arpels en 2013 à Paris, avant d'être interpellé deux mois plus tard, Nordine A. avait pris la fuite avant son procès. Mais sa cavale s'est terminée le week-end dernier, dans un endroit un peu inattendu...

Il se croyait sans doute définitivement oublié, libre à jamais. C'est dans un centre de soins esthétiques, sous les yeux de sa compagne, que la cavale de Nordine A. a pourtant subitement pris fin le week-end dernier. D'après nos informations, ce voyou, présenté par de nombreux enquêteurs comme un "gros poisson" dans le petit monde des braqueurs, a été interpellé samedi 25 février 2017 en milieu de matinée à Paris, dans le quartier de Belleville.

 

L’arrestation a été menée par la Brigade d'exécution des décisions de justice (BEDJ) de la PJ parisienne, qui cherchait activement depuis des mois à localiser ce malfaiteur, vieille connaissance des policiers comme des juges. Finalement "logé" par les enquêteurs samedi matin, le braqueur chevronné a été interpellé quelques minutes plus tard, en présence de la Brigade de répression du banditisme (BRB), appelée en renfort pour l’occasion.

Cet homme de 37 ans était activement recherché depuis septembre dernier et sa condamnation à 9 ans de prison par la cour d'assises de Paris pour un spectaculaire braquage. 

Un casse à un million d'euros de bijoux en 2013

Le 18 avril 2013, dans le XVIIème arrondissement de Paris, Nordine A.  et ses quatre complices avaient volé en plein jour un million d'euros de bijoux Van Cleef & Arpels en attaquant une voiture banalisée du célèbre joaillier. Le commando avait menacé avec des armes à feu les convoyeurs, avant de prendre la fuite avec leur butin, qui n’a jamais été retrouvé. Le gang avait été interpellé par la BRB moins de deux mois plus tard à travers la Seine-Saint-Denis.

 

Préférant lui ne pas passer par la case tribunal le jour du verdict - il comparaissait libre après avoir été remis en liberté sous contrôle judiciaire 6 mois avant l'ouverture du procès – Nordine A. faisait depuis l'objet d'un mandat d'arrêt.Présenté à un juge au cours du week-end, il passe désormais ses nuits sous les verrous.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 390.000 cas positifs en 24h, nouvelle hausse des contaminations

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

"Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.