Deux surveillants de prison blessés par un détenu radicalisé

Deux surveillants de prison blessés par un détenu radicalisé
FAITS DIVERS

AGRESSION - Un détenu a blessé deux surveillants de la prison d'Osny (Val d'Oise) ce dimanche à l'aide d'un poinçon. L'un d'eux a eu le poumon perforé, mais son pronostic vital n'est pas engagé.

Un détenu de la prison d'Osny, dans le Val d'Oise, a agressé deux surveillants de l'établissement pénitentiaire ce dimanche. L'un des deux surveillants a été touché au poumon. L'agresseur, incarcéré pour des faits de radicalisation, était armé d'un poinçon artisanal. Il a été maîtrisé par un tir de munition non létal.  

Les faits se sont produits dans l’après-midi. "Lors du départ en promenade, le détenu a agressé avec une arme artisanale le surveillant venu le chercher. Le second surveillant, posté à l’entrée de la cour de promenade, est aussitôt venu secourir son collègue et a lui aussi été blessé", explique l’administration pénitentiaire dans un communiqué. 

Les deux agents sont parvenus à s'enfuir et le détenu a été "rapidement maîtrisé" grâce à "une arme non létale", une balle de caoutchouc, par les unités d’intervention de l’Administration pénitentiaire (ERIS). 

Hors de danger

Les surveillants ont été transportés à l’hôpital. L’un d’eux a été touché au thorax et à la gorge. Son pronostic vital n’est pas engagé. L'autre a été blessé au bras mais est sorti de l'hôpital dans l'après-midi.  Le détenu agresseur a été transporté à l’hôpital, avant d’être placé en garde à vue pour tentative d’homicide volontaire. 

La maison d’arrêt d’Osny  compte 579 places et 916 détenus au 1er août 2016. Une unité de prévention de radicalisation y a été ouverte le 25 janvier 2016. Elle accueille actuellement 18 personnes détenues, tous en cellule individuelle.

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

EN DIRECT - Covid-19 : le président du Conseil scientifique évoque "100.000 cas par jour" en France

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent