Isère : le sexagénaire qui a tué un cambrioleur relâché

FAITS DIVERS

FAIT DIVERS - Dans la nuit de vendredi à samedi, un homme a tiré sur un cambrioleur qui s'était introduit dans sa villa, en Isère. Il a été relâché dimanche, tandis que deux complices de la victime ont été placés en garde à vue.

Selon son avocat, il est "totalement effondré" par le "drame" qu'il a vécu. L'homme âgé de 65 ans qui a tué un cambrioleur vendredi soir dans sa propriété a été libéré dimanche. Peu avant minuit, ce maçon déjà cambriolé à plusieurs reprises avait été agressé par les malfaiteurs, alors qu'il se trouvait dans son lit avec son épouse, dans sa villa de Bonnefamille (Isère).

Alerté par les cri de ses parents, le fils de 37 ans, qui habite une maison voisine, avait tiré un premier coup de feu pour faire fuir les cambrioleurs. Son père s'était ensuite saisi d'un fusil, touchant mortellement l'un des malfaiteurs, âgé de 48 ans. "Il a tiré parce qu'il a eu peur," a expliqué maître Jean-Félix Luciani, avocat du tireur.

Deux cambrioleurs en garde à vue

Le tireur et son fils avaient été placés en garde à vue avant d'être libérés dimanche à la mi-journée, sans être déférés au parquet de Grenoble.

Le cambrioleur décédé, connu de la justice, était originaire du quartier sensible des Minguettes, à Vénissieux (Rhône). Deux de ses complices, âgés d'une vingtaine d'années, se sont rendus à la gendarmerie dimanche dans l'après-midi. Ils ont été placés en garde à vue.

Lire et commenter