Isère : l'éducateur qui avait coursé les élèves avec un couteau condamné

Isère : l'éducateur qui avait coursé les élèves avec un couteau condamné

SOCIÉTÉ – Un aide-éducateur stagiaire de 20 ans qui avait poursuivi des élèves avec un couteau pour calmer le chahut, lundi dans une école privée de l'Isère, a été condamné jeudi à 18 mois de prison avec sursis.

"Terrorisés" et "extrêmement choqués". Des élèves de l'école privée de Champier, en Isère, ont vécu un lundi matin cauchemardesque, rapporte Le Dauphiné Libéré . Et pour cause : les 24 enfants ont été coursés avec un couteau par un aide-éducateur stagiaire de 20 ans, lequel a multiplié les menaces à leur encontre.

Jugé en comparution immédiate ce jeudi, le jeune homme - dont une expertise psychiatrique a mis en évidence une altération du discernement au moment des faits - a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Il s'est également vu notifier une interdiction de se rendre sur la commune de Champier, où il travaillait, et d'exercer un travail en lien avec des enfants pendant cinq ans. Une obligation de soins a également été prononcée. Le parquet avait requis 12 mois de prison dont huit mois sursis, a précisé le procureur de la République à Vienne, Matthieu Bourrette.

Seul avec les enfants, il dérape

Lundi matin, le jeune homme débutait son stage dans une classe de 24 élèves de CE2, CM1 et CM2. Durant la récréation, l'enseignante a dû s'absenter pour "un problème administratif urgent", qui se prolongera une quarantaine de minutes, selon le parquet. Laissé seul en classe avec les enfants, alors que sa convention de stage l'interdit, il est vite débordé par le chahut. Il commence par crier, "menace les enfants de les pendre aux arbres" puis "brandit un couteau de cuisine de 20 cm pour demander le silence".

"Il va s'approcher d'une petite fille en tenant le couteau près de son coeur et courser trois élèves dans la classe avec le couteau", a détaillé Matthieu Bourrette. Les 24 élèves ont tous été "terrorisés" et "extrêmement choqués", certains se voyant prescrire des ITT psychologiques. Lorsque la directrice de l'école, en arrêt maladie, apprend les faits par les parents, elle demande à l'enseignante de renvoyer le stagiaire, mais celle-ci ne prévient pas les gendarmes qui le seront par les parents dans l'après-midi, ce qu'a déploré le parquet.

"Menaces de mort et violences aggravées"

Le jeune homme, qui avait fait un premier stage sans incident début juin près de son domicile, a été interpellé mardi à son domicile de Saint-Siméon-de-Bressieux. Il était poursuivi pour "menaces de mort et violences aggravées", a précisé Matthieu Bourrette, confirmant une information du Dauphiné Libéré. "Il a commencé par nier les faits avant de reconnaître avoir crié et sorti un couteau pour calmer les enfants", a précisé le magistrat. Toutefois, "il est incapable d'expliquer pourquoi il est venu à l'école avec un couteau".

Jeudi, après le jugement, la douzaine de parents qui s'étaient portés partie civile dans ce dossier se sont dits "profondément déçus de la réponse pénale" et ont fait part de leur "frustration", a indiqué à l'AFP leur avocate, Me Kelly Monteiro. "Les faits ont été reconnus par mon client qui a un parcours personnel compliqué. Une expertise a mis en lumière une altération de son discernement", a fait valoir de son côté le conseil du prévenu, Me Jean-Philippe Vallon.

A LIRE AUSSI >> Retrouvez tous nos faits divers sur notre page spéciale

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.