Isère : un homme tue sa femme et son fils handicapé puis se suicide

FAITS DIVERS
FAITS DIVERS - Un homme de 48 ans, sa femme de 51 ans et leur fils handicapé de 22 ans ont été retrouvés morts par arme à feu à Veurey-Voroize (Isère) dans la nuit de dimanche à lundi.

C'est un drame familial qui a choqué les deux filles du couple. Dans la nuit de dimanche à lundi à Veurey-Voroize (Isère), un homme de 48 ans a été retrouvé mort aux côtés de sa femme de 51 ans et de son fils de 22 ans, handicapé moteur à la suite d'une maladie musculaire dégénérative, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. "L'homme aurait tué son fils et sa femme avant de se suicider", a indiqué la même source, confirmant une information de France Bleu Isère. 

"L'homme a laissé des écrits : sa femme avait introduit une procédure de divorce, ce que manifestement il ne supportait pas. C'est ce qui a motivé son geste", a indiqué Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble. "Il a tué son fils car il était gravement handicapé et qu'il ne voulait pas le laisser à la charge de ses deux jeunes sœurs", a-t-il ajouté. Le fils de 22 ans, en fauteuil roulant, souffrait d'une maladie dégénérative grave. Son espérance de vie était très courte, selon le diagnostic des médecins.

Une arme de poing et un fusil de chasse

Les deux filles du couple, âgées de 12 et 17 ans, qui étaient présentes au domicile familial, ont donné l'alerte après avoir entendu des cris et des coups de feu. Le drame est survenu entre 2 heures et 3 heures du matin, dans cette petite commune située à une quinzaine de kilomètres au nord de Grenoble. Les deux filles du couple, indemnes, ont été prises en charge par leur famille avant la mise en place d'un soutien psychologique, précise France Bleu Isère.

L'homme a utilisé une arme de poing pour tuer sa femme et son fils, avant de se suicider avec un fusil de chasse, selon les premiers éléments de l'enquête. Après les autopsies et les constations d'usage, "l'affaire sera classée, l'action publique étant éteinte par la mort de l'auteur", a précisé M. Coquillat.

Lire et commenter