Violée puis laissée pour morte dans sa baignoire : 5 jeunes hommes en garde à vue

Violée puis laissée pour morte dans sa baignoire : 5 jeunes hommes en garde à vue

ENQUÊTE - Cinq jeunes hommes âgés de 16 à 18 ans soupçonnés d'avoir violé une femme pendant la nuit d'Halloween à Charvieu-Chavagneux ont été placés en garde à vue ce mardi. La victime avait été retrouvée inconsciente dans sa salle de bains, aspergée de désinfectant.

Ce devait être une fête, la soirée a viré au cauchemar. Mardi, cinq jeunes hommes âgés de 16 à 18 ans ont été placés en garde à vue à Vienne, en Isère. Ils sont soupçonnés d'avoir participé à Charvieu-Chavagneux lors de la nuit d'Halloween, entre le 31 octobre et le 1er novembre, au viol d'une femme retrouvée dans sa baignoire inconsciente et aspergée de désinfectant, a indiqué le parquet de Vienne, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Les cinq jeunes gens ont été interpellés par les gendarmes mardi matin à Charvieu-Chavagneux et dans la commune voisine de Chavanoz.  L'enquête est ouverte pour "agression sexuelle, violences en réunion et viol", a fait savoir Jérôme Bourrier, procureur de la République de Vienne. 

Deux interventions des gendarmes

Selon nos informations, les gendarmes sont intervenus une première fois pendant la soirée du  samedi 31 octobre dans l'appartement de la victime, âgée d'une trentaine d'années. "Vers 21 heures, une voisine a appelé la gendarmerie après avoir entendu des bruits suspects, indique une source proche du dossier à LCI. Sur place, les forces de l'ordre se sont retrouvés face à l'occupante de l'appartement. Elle était visiblement sous l'emprise de l'alcool. Elle leur a indiqué  qu'elle avait organisé une fête, puis qu'elle avait voulu faire partir les personnes présentes. Plusieurs d'entre elles auraient protesté, avant de finalement quitter les lieux". 

Quelques heures plus tard, vers 3 heures du matin, un nouvel appel est passé aux forces de l'ordre, encore une fois en raison du bruit. Après avoir poussé la porte du domicile, les gendarmes découvrent alors un appartement saccagé. Dans la salle de bains, il trouve la femme qui gît dans sa baignoire, avec des traces de sang. Elle a également été aspergée de désinfectant. "Elle a été hospitalisée mais son pronostic vital n'a jamais été engagé. En revanche, il est certain que lorque les agresseurs ont quitté le domicile, ils ne se sont pas souciés de savoir si elle était consciente ou non" précise la source proche du dossier à LCI. Lors de son audition, la victime aurait confié avoir été violée à plusieurs reprises avant de faire un malaise. Ce qui aurait fait paniquer ses agresseurs, qui auraient alors tenté d'effacer leurs empreintes à l'aide du désinfectant.

"Il y avait souvent du monde chez cette femme"

Avant cette nuit d'Halloween, les gendarmes étaient déjà intervenus à plusieurs reprises chez la victime après des plaintes des voisins pour tapage. "Il y avait souvent du monde chez cette femme précarisée. Elle hébergeait visiblement souvent des gens. On ne sait pas trop ce qu'il se passait derrière la porte de son appartement" commente la source. 

Une autre source proche de l'enquête précise d'ailleurs que la femme et les cinq mineurs placés en garde à vue "se connaissaient avant cette terrible soirée". Elle souligne que "les adolescents étaient tous scolarisés".  Leur garde à vue a été prolongée ce mercredi. Le procureur de la République de Vienne devrait lui "se dessaisir mercredi soir ou jeudi matin" au profit du  pôle criminel" de Grenoble.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.