Jackpotting : les nouveaux pilleurs de banque ont encore frappé, un préjudice de 400.000 euros en un an

DirectLCI
FAITS DIVERS – De nouveaux faits de "jackpotting" ont été recensés le mois dernier à Paris et en petite couronne, selon nos informations. Ce nouveau mode de braquage à l'aide d'un ordinateur se répand de plus en plus. Les enquêteurs tentent de recouper des dizaines de faits recensés sur le territoire depuis un an.

Une ou plusieurs équipes ? Les enquêteurs de la police judiciaire s’interrogent. De nouveaux faits et tentatives de "jackpotting" ont été recensés à Paris et en petite couronne le mois dernier. Selon nos informations, il s'agit des mêmes distributeurs automatiques de billets (DAB) qui avaient été ciblés en février dernier. Plus de 300.000 euros avaient alors été dérobés grâce à cette technique qui consiste à se connecter avec un câble USB aux connectiques des automates avant de pirater le système informatique et de faire tomber les billets les banque.


"Sommes-nous face à une seule et même équipe ?", s’interroge-t-on. Car les circonstances sont troublantes. Pourquoi les mêmes malfaiteurs reviendraient plusieurs mois après sur les mêmes DAB, tout en sachant que les banques auraient très certainement rehaussé leur niveau de sécurité ?

400.000 euros de préjudice

Depuis un an, et l’apparition en décembre 2016 des premières attaques en France, les policiers ont enregistré plusieurs dizaines de faits ou tentatives de "jackpotting" sur le territoire. L’Ile-de-France, l’Est et la région lyonnaise sont les régions les plus touchées. L’office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) qui suit le phénomène de près comptabilise trois enquêtes en cours.


"A l’heure actuelle, aucun lien entre ces trois affaires n’a été formellement établi", indique une source proche de ces enquêtes, pilotées par le parquet de Paris. En tout, près de 400.000 euros de préjudice ont été déclarés par les banques qui assurent avoir pallié les défauts de sécurité sur les DAB concernés. L’été dernier, la PJ parisienne a surpris deux Roumains de 29 ans en flagrant délit. Une information judiciaire a été ouverte. Ils risquent à minima cinq ans de prison.

L'Europe de l’Est dans le viseur

Au niveau européen, Europol a recensé 58 faits en 2016, contre 15 l’année d’avant. Une vingtaine d’individus impliqués pour ce type de faits ont été récemment arrêtés au niveau européen. La majorité d’entre eux venaient de Roumanie, de Moldavie ou de Bulgarie. En Ukraine, les policiers ont même constaté une prise en main d’un DAB à distance, via des réseaux sans fil.


De quoi donner à ces malfaiteurs un long avenir devant eux, même si parmi toutes les tentatives de piratage, peu d’entre elles, donnent finalement lieu à d’importants gains. Car comme son nom l’indique, l’efficacité du "jackpotting" dépend du niveau de billets contenus dans le DAB au moment du piratage.                                

Le "jackpotting", comment ça marche ?

  • 1Percer

    Le pilleur fait un trou de 5/10 cm à l’aide d’une scie-cloche au niveau du clavier ou au-dessus de l’orifice de la carte bleue

  • 2Connecter

    A travers le trou, il a accès aux connectiques du DAB. Il branche alors son ordinateur à l’automate grâce à un port USB

  • 3Reprogrammer

    Le malfaiteur entre dans le système de la machine et lui commande alors d’éjecter tous ses billets

  • 4Encaisser

    Il n’a plus qu’à récupérer les billets de banque et à s’enfuir. L’opération aura duré entre 10 et 20 minutes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter