Jacqueline Sauvage : où en est la demande de grâce présidentielle ?

Jacqueline Sauvage : où en est la demande de grâce présidentielle ?

DirectLCI
INFO METRONEWS - La députée PS de l’Essonne Maud Olivier a envoyé au ministère de la Justice une demande de grâce présidentielle partielle concernant Jacqueline Sauvage. C'est bien sa demande, et non celle des trente parlementaires, qui en cours d'instruction à la Chancellerie.

Le sort de Jacqueline Sauvage n’en finit plus d’émouvoir. Condamnée en appel, au début du mois de décembre, à dix ans de réclusion criminelle pour avoir abattu son mari violent et violeur, cette femme de 68 ans fait l’objet d’une importante mobilisation.

Ce mardi 22 décembre, metronews apprend que Maud Olivier, députée PS de l'Essonne, a envoyé il y a dix jours une demande de grâce présidentielle partielle à la Chancellerie, visant à annuler la période de sûreté de cinq années que doit purger Jacqueline Sauvage. "Sans cette période de sûreté, la détenue pourrait demander une liberté conditionnelle. Ce serait déjà bien", explique la députée à metronews.

EN SAVOIR +
>> Jacqueline Sauvage graciée par François Hollande
>> La grâce présidentielle, comment ça marche ?

>> Affaire Jacqueline Sauvage : des parlementaires demandent la grâce présidentielle 

Un amendement sur la légitime défense

Contrairement à ce qui a été annoncé, c'est précisément cette demande de grâce présidentielle qui est "actuellement en cours d'instruction" au ministère de la Justice, et non celle des trente parlementaires, adressée à l'Elysée et formulée par la députée Les Républicains Valérie Boyer. 

C'est que derrière ces deux requêtes distinctes se cachent des projets politiques bien différents. Si Valérie Boyer entend soumettre un projet de loi sur la présomption de légitime défense et "sensibiliser le président de la République au syndrome de la femme battue", Maud Olivier, elle, préfère envisager un amendement au futur projet de "Justice du 21eme siècle" porté par Christiane Taubira. "J'ai parlé à la ministre de l'éventuel ajout d'un texte sur la légitime défense des victimes de violences conjugales, elle est parfaitement au courant", précise encore la députée PS.

De leur côté, les trois filles de Jacqueline Sauvage devraient déposer dans les jours qui viennent leur propre demande de grâce présidentielle, adressée, quant à elle, directement à François Hollande.

EN SAVOIR + 
>>  10 ans de prison pour Jacqueline Sauvage
>> 
"Vous qui saviez, vous auriez du faire quelque chose, nom de dieu!"
>> 
Procès Sauvage : "Il attendait que maman parte pour se frotter à nous"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter