Jawad Bendaoud aurait fréquenté des islamistes radicaux en prison

Jawad Bendaoud aurait fréquenté des islamistes radicaux en prison

DirectLCI
TERRORISME - Le jeune homme qui est en garde à vue après avoir hébergé les terroristes responsables des attentats du 13 novembre dans son appartement de Saint-Denis, aurait fréquenté des islamistes radicaux en prison.

Une mauvaise nouvelle de plus pour le célèbre "logeur" de Saint-Denis. Jawad Bendaoud, qui avait offert un hébergement au terroriste Adbelhamid Abaaoud, qui est placé en garde à vue après les attentats du 13 novembre, aurait noué en prison des liens avec des islamistes radicaux, rapporte Le Parisien ce jeudi 3 décembre.

Des liens avec trois imams radicaux

Le jeune homme, qui affirmait au début avoir prêté son appartement pour "rendre service" aux terroristes était loin d’avoir un casier judiciaire vierge. Mais il ne faisait pas l’objet d’une surveillance particulière pour des sympathies djihadistes, indique le journal . Jawad a été condamné en 2008 pour coups mortels, et a connu quatre prisons différentes.

Mais d’après Le Parisien, "son incarcération passée a révélé des fréquentations avec au moins trois détenus considérés comme islamistes radicaux." Notamment Kaci Ouarab, un terroriste condamné en 2008 à neuf ans de prison pour un projet d'attentat en France à l'aéroport d'Orly entre autre. L’homme avait été arrêté en 2005 pour sa participation au groupe terroriste Ansar al-Fath, fondé en France en 2003. A sa tête, Safé Bourada, l'un des cerveaux des attentats de 1995, et intime de Khaled Kelkal, terroriste islamiste abattu en 1995. Ansar al-Fath est alors suspecté d'avoir planifié des attaques à Orly, dans le métro parisien. 

Un profil de délinquant de cité

Jawad Bendaoud et Kaci Ouarab se seraient "fréquentés" dans la prison de Val-de-Reuil (Eure), où Jawad a été incarcéré de 2010 à 2013. "Le logeur d'Abaaoud était également en contact à la même époque, avec deux autres prisonniers connus pour leurs penchants jihadistes", précise le quotidien.

Mais pour l’instant, aucun élément ne permet, d’après Le Parisien, de faire le lien entre ces fréquentations et les événements du 13 novembre. "S'il a effectivement un profil de délinquant de cité, rien dans sa personnalité ne permet de le rattacher à une quelconque activité terroriste", insiste une source dans l'entourage du jeune homme, citée le journal.

EN SAVOIR +
>>  Attentats de Paris : un proche de Jawad le logeur de Saint-Denis mis en garde à vue
>>  Comment Jawad, le logeur présumé des terroristes, faisait régner la terreur dans son quartier >>  Saint-Denis : le logeur des terroristes déjà condamné pour "coups mortels" >>  Les incohérences du témoignage d'Hayet, l'amie de Jawad

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter