"Je ne le frappe pas s'il ne fait pas de connerie" : un habitant du Val-de-Marne écope de 6 mois ferme pour avoir battu son chien

"Je ne le frappe pas s'il ne fait pas de connerie" : un habitant du Val-de-Marne écope de 6 mois ferme pour avoir battu son chien

FAIT DIVERS - Un homme a été condamné à 6 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) pour maltraitance animale. Il avait fouetté son chien avec un bâton avant de lui donner des coups de pied. C'est un voisin qui a lancé l'alerte sur ce cas de maltraitance.

Excédé de voir son voisin violenter son chien, un habitant de Villeneuve Saint Georges (Val-de-Marne) a décidé de filmer l'une de ses "corrections", puis d'envoyer les images à un organisme de défense des animaux. L'association Stéphane Lamart a immédiatement réagi en portant plainte pour actes de cruauté, puis en prenant en charge l'animal de compagnie, un croisé fox terrier de 3 ans nommé Jocker.

Sur cette vidéo, mise en ligne par l'association, on voit le propriétaire du chien tenir l'animal avec ses pattes arrière et le fouetter avec un bâton. Puis, le jetter violemment au sol, avant de lui asséner des coups de pieds. Attention, les images peuvent choquer.

Tant qu'il n'y a pas de sang qui coule, c'est pas méchant, c'est ça?- Le juge

L'auteur des faits, un Portugais de 42 ans, a été interpellé le jour même et placé en garde à vue. Son procès s'est tenu ce jeudi. "Je l'ai pas fouetté fort, ni méchamment. (...) J'aime mon chien, sinon je l'aurais pas pris", s'est défendu l'homme devant le tribunal correctionnel de Créteil. Une défense bien faiblarde qui n'a pas convaincu le juge. "Et quand vous êtes méchant alors, vous lui faites quoi au chien ?", a-t-il rétorqué. "Tant qu'il n'y a pas de sang qui coule, c'est pas méchant, c'est ça ?"

La vidéo prise par le voisin a été diffusée lors de l'audience. "La façon d'infliger les coups avec un bâton, en le tenant par les pattes arrière, et de le jeter par terre avant de shooter dedans comme un ballon de football, relève bien de l'acte de cruauté", a estimé le procureur. Le prévenu a alors assuré que ça ne lui arrivait "pas tout le temps". "Je ne le frappe pas s'il ne fait pas de connerie", a indiqué le prévenu.

Lire aussi

Trois ans avérés de mauvais traitements

Et pourtant, ce métallurgiste et serrurier à son compte n'en est pas à sa première fois. Le voisin qui a permis son arrestation avait déjà déposé une main courante en juillet 2016 pour des faits similaires. Selon lui, les mauvais agissements ont débuté il y a trois ans, sur un autre chien, puis sur Jocker. L'homme avait d'ailleurs été inquiété par la justice en 2013, mais la procédure avait été classée sans suite. Il est également connu des services de police pour d'autres méfaits. Ce père de famille venait de sortir de prison après avoir été condamné pour détention de stupéfiants, possession d'armes et conduite malgré une suspension de permis.

Verdict dans cette affaire : un retour immédiat à la case prison, six mois ferme. En supplément, le tribunal a révoqué une ancienne peine avec sursis, de quatre mois d'emprisonnement, et le Val-de-marnais a dorénavant l'interdiction de posséder un animal pour une période de cinq ans.

Le calvaire de Jocker est lui terminé. Le croisé fox terrier a été confié au refuge de l'association Stéphane Lamart. "Un animal, ce n'est pas un jouet ou un punching-ball pour se défouler quand on est énervé", s'était emporté Nadine Ghorayeb, l'avocate de l'organisation qui s'était constituée partie civile.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

VIDÉO - Covid-19 : le nombre de contaminations explose en Russie, où un millier de morts sont décomptés chaque jour

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.