Jean-Louis Turquin, condamné pour avoir tué son fils, retrouvé mort d'une balle dans le dos

FAITS DIVERS
DirectLCI
FAITS DIVERS - Condamné en 1997 pour l'assassinat de son fils, Jean-Louis Turquin a été retrouvé mort dans la nuit de vendredi à samedi chez lui à Saint-Martin. Il avait un impact de balle dans le dos.

Le corps sans vie de Jean-Louis Turquin a été retrouvé dans la nuit de vendredi à samedi à son domicile de Mont-Vernon, dans le nord de l'île de Saint-Martin, dans les Antilles françaises. Le parquet de Basse-Terre a indiqué à l'AFP qu'un impact de balle dans "le dos" avait été constaté. C'est une voisine qui a alerté les gendarmes vers 1h du matin, avertie elle-même par la deuxième épouse de la victime. Cette dernière l'aurait découvert "dans la chambre à coucher" "en rentrant de soirée". 


L'homme de 68 ans avait été condamné en 1997 à vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son fils de 8 ans, Charles-Édouard. Depuis la disparition de l'enfant à Nice en 1991, son corps n'avait pu être retrouvé et Jean-Louis Turquin n'avait cessé de clamer son innocence. En libération condtionnelle depuis 2006, il s'était ensuite s'installé sur l'île en 2010 comme vétérinaire.

Une enquête ouverte pour meurtre

En mai 2016, il confiait au Parisien qu'il conservait "l'espoir" que son fils le "contacte", croyant qu'il a été enlevé par sa mère. "Vu la médiatisation de cette affaire, il doit savoir que je vis maintenant sur l’île de Saint-Martin", expliquait-il.


Après la découverte de samedi, une "enquête de flagrance" pour meurtre a été ouverte et confiée l'antenne de Saint-Martin de la section de recherches de la gendarmerie de Pointe-à-Pitre, comme l'a indiqué à l'AFP, le procureur de Basse-Terre, Samuel Finielz. Bien que les lieux semblent avoir été "fouillés", "toutes les hypothèses" sont envisagées. Plusieurs objets auraient été dérobés, selon Le Parisien, qui précise que des images de vidéosurveillance montrent plusieurs hommes prendre la fuite en voiture.


Selon les premiers éléments de l'enquête aucune effraction n'a été constatée, mais le portail et la porte d'entrée "restaient régulièrement ouverts" en raison de l'activité professionnelle de Jean-Louis Turquin, des animaux circulant à l'intérieur de sa propriété. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter