Jeune homme tué à Nantes : "Une affaire particulièrement grave" pour le procureur

Jeune homme tué à Nantes : "Une affaire particulièrement grave" pour le procureur

VIOLENCES - Au lendemain du décès d'un jeune homme à Nantes lors d'un contrôle de police, le procureur de la République, Pierre Sennès, a tenu une conférence de presse mercredi soir. Qualifiant l'affaire de "particulièrement grave", il a notamment relayé l'appel au calme de la famille après les violences qui ont secoué certains quartiers.

Au lendemain des violences qui ont embrasé le quartier du Breil à Nantes, suite au décès d'un jeune homme lors d'un contrôle de police, le procureur de la république, Pierre Sennès, est revenu sur le déroulé des faits ce mercredi soir : "Mardi 3 juillet, aux environs de 22 h, des policiers ont procédé à un contrôle sur un jeune homme circulant en voiture. Ce dernier ayant donné une fausse identité, ils ont décidé de l'emmener au commissariat mais ce dernier a fait marche arrière à vive allure dans une démarche de fuite", a-t-il détaillé, rappelant que la victime faisait l'objet d'un mandat d'arrêt émis par un magistrat de Créteil.

Le procureur a ensuite précisé qu’un seul coup de feu avait été tiré, et non pas deux comme la rumeur le laissait entendre dans le quartier. "Cela a été confirmé par le médecin légiste qui a établi que le conducteur a été atteint au cou, provoquant la mort dans un bref délai", a-t-il dit.

Lire aussi

En vidéo

Mort d'un jeune conducteur à Nantes : les versions divergent

Quatre personnes entendues

Pierre Sennès a ensuite fait le point sur les premiers éléments de l’enquête. "Les enquêteurs s'attachent à récupérer sur les réseaux sociaux tous les documents visuels utiles pour définir le positionnement de toutes les personnes présentes. 

Quatre personnes sont actuellement entendues. Dans l'après-midi, un appel à témoin a été lancé et une personne s'est présentée aux enquêteurs. J'ai besoin de toutes ces informations pour analyser les faits. En attendant, la famille a lancé un appel au calme à laquelle je m'associe", a-t-il poursuivi.

Désormais, il faut déterminer "quel a été le comportement du conducteur au volant du véhicule contrôlé ? Et dans quelles circonstances le policier a été amené à utiliser son arme ? Aucune conclusion pour le moment sur ces questions", a-t-il lancé espérant pouvoir apporter des réponses plus précises jeudi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter