Joggeuse disparue en Haute-Saône : que sait-on de l'enquête ?

ENQUÊTE - Un corps brûlé a été découvert lundi après-midi dans un bois isolé à plusieurs kilomètres du parcours de footing habituel d'Alexia Daval, 29 ans, disparue ce samedi à Gray (Haute-Saône).

Short noir, gilet et lunettes rouges. Samedi vers 9h, Alexia Daval, 29 ans, partait faire son footing, dans la commune de Gray-la-Ville en Haute-Saône. Depuis, elle n'a pas donné signe de vie. Lundi 30 octobre, un corps a été retrouvé. Explications.

  • 1Où a été retrouvé le corps ?

    Le corps calciné a été découvert lundi vers 15 heures lors d'une battue effectuée par des élèves gendarmes. Il était caché dans un bois situé à Velet (Haute-Saône), commune limitrophe de Gray-la-Ville où vivait Alexia, à "plusieurs kilomètres de l'itinéraire habituel" de course de la joggeuse, a pour sa part indiqué le commandant de gendarmerie Jean-Michel Blaudez.

    "La découverte a résulté du ratissage méthodique engagé depuis ce dimanche de toutes les zones boisées du secteur", a expliqué le militaire. Le corps retrouvé "a été brûlé sur place", cela expliquant, selon le procureur de Vesoul, le choix du bois, "assez isolé".

  • 2Est-ce le corps d'Alexia ?

    "Il est trop tôt pour affirmer qu'il s'(agit) bien d'Alexia" Daval, a précisé le procureur de Vesoul, Emmanuel Dupic. "Le corps a été volontairement brûlé par l'auteur des faits (...) et une enquête a été ouverte pour assassinat". "Le corps découvert est celui d'un individu plutôt jeune (...) L'identification sera certaine avec l'autopsie jeudi", a souligné le magistrat 

  • 3Où en est l'enquête ?

    "Il n'y aucun suspect à ce stade de l'enquête. Elle va être compliquée et longue", a-t-il estimé. La piste d'un enlèvement était privilégiée depuis lundi et une issue fatale était redoutée. "Les investigations, très minutieuses, n'accréditent pas du tout la thèse de l'accident, donc on est obligé de penser à quelque chose de plus grave", a avancé le procureur, qui avait ouvert une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration", avant la découverte du corps.

    Une centaine de gendarmes est mobilisée pour ratisser les lieux de la découverte du corps et le parcours de la joggeuse. Si les plongeurs et les équipes cynophiles n'ont pas été sollicités, des drones sont utilisés pour figer la scène de découverte du corps et éventuellement permettre de relever des traces invisibles depuis le sol (traces de voiture...).

  • 4Quelles sont les pistes envisagées ?

    L'Est républicain fait le point sur les différentes pistes envisagées par les forces de l'ordre.

    Dimanche, les parents d'une adolescente de Gray-la-Ville sont venus témoigner spontanément, et raconté qu'il y a trois mois, leur fille, accompagnée d'une amie, rentrait d'une promenade, dans les mêmes environs que là où la trace d'Alexia a été perdue. Un utilitaire blanc ou gris clair s'est arrêté à leur hauteur, et un "homme avec un visage rond, et d'une soixantaine d'années", leur a posé des questions. "Il s'est montré insistant. Au point que les filles sont parties en courant." Les parents ont signalé le fait aux gendarmes. 

    Est également évoquée l’hypothèse d’un exhibitionniste qui se serait manifesté à plusieurs reprises dans le pays Graylois, entre Pesmes, Marnay et Gray, s'intéressant particulièrement intéressé aux joggeuses et cyclistes. 

    Enfin, la jeune joggeuse disparue aurait été harcelée au téléphone par un "personnage qui passe pour être un détraqué", qui pourrait être un voisin. "Les appels ou messages incessants auraient duré plusieurs semaines mais la jeune femme avait réussi à bloquer le harceleur", indique l’Est républicain. L’individu aurait été entendu par les gendarmes. 

Ne la voyant pas revenir de son jogging, son mari avait prévenu les gendarmes samedi 28 octobre, vers midi. La piste d'un enlèvement était privilégiée et une issue fatale, redoutée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann mis en examen

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter