Joggeuse disparue : le corps retrouvé carbonisé est bien celui d'Alexia Daval, les résultats de l'autopsie attendus

FAITS DIVERS
HAUTE-SAÔNE - Au lendemain de l'annonce par le procureur de la République, Emmanuel Dupic, que le cadavre retrouvé sur la commune d'Esmoulin est bien celui de la jeune femme de 29 ans, disparue samedi 28 octobre, les résultats de l'autopsie aura lieu ce jeudi.

Les soupçons des enquêteurs ont été confirmés, débouchant sur la clôture des opérations de ratissage. Le corps carbonisé, retrouvé lundi 30 octobre à proximité de Gray, est bien celui d'Alexia Daval, la joggeuse de 29 ans qui avait disparu l'avant-veille, a annoncé par communiqué le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic. "Les constatations réalisées sur le corps, dans la scène de crime, par les techniciens en identification criminelle ont été adressées dès hier à un laboratoire de police technique et scientifique. Leur exploitation ADN confirme que le cadavre découvert est bien celui d'Alexia Daval, la joggeuse disparue à Gray", a indiqué le communiqué. 


L'autopsie a lieu ce jeudi matin afin de déterminer les circonstances exactes de sa mort, mais cette tâche s'annonce compliquée en raison de l’état dégradé du corps. Elle visera notamment à rechercher des traces de violences sexuelles.

Des drones pour repérer des indices

On sait pour l'heure que le corps a été "volontairement brûlé par l'auteur des faits" et transporté jusqu'au bois de Velet-Esmoulin, où il a été découvert.

En parallèle, les enquêteurs interrogent le fichier des délinquants sexuels résidants à proximité pour vérifier leur emploi du temps tandis que les auditions de la famille, des amis et voisins de la jeune femme se poursuivent.

Nouvel appel à témoins

Trois drones de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens ont été utilisés "pour permettre, vu du ciel, d'identifier des éléments qui seraient lointains et peu visibles pour un observateur au niveau du sol", explique le commandant de la gendarmerie de Haute-Saône, Jean-Michel Blaudez. Ils pourraient notamment repérer des traces de pneus à proximité de la scène de crime. 


Pour l'heure, l'enquête n'a pas permis l'arrestation de suspects mais tout élément matériel retrouvé ou témoignage pourrait conduire à l’audition d’une personne. Le parquet a donc profité de cette annonce pour renouveler son appel à témoin pour "tout fait suspect constaté dans les environs de Gray". La brigade de Gray a déjà reçu plus de 200 appels, qui ont tous donné suite à des vérifications. Plusieusrs dizaines de personnnes se sont également présentées spontanément à la gendarmerie, selon nos informations. 

Son mari se constitue partie civile

Deux avocats, Mes Emilie Baudry et Christophe Ballorin, ont affirmé mardi à l'AFP le représenter pour lui permettre d'avoir "un accès au dossier et continuer à pouvoir être informé en collaboration avec le parquet". Mais l'intéressé a démenti mercredi avoir demandé aux deux avocats de le représenter. "Les deux branches de la famille n'ont pas encore choisi d'avocat", a pour sa part indiqué mercredi un autre membre de la famille de la victime dans un appel téléphonique à l'AFP.


Une information judiciaire a été ouverte pour assassinat. Elle a été confiée à un juge d'instruction du pôle criminel de Besançon. Outre les dizaines de militaires déployés sur le terrain, une quinzaine d'enquêteurs sont dédiés à l'affaire pour tenter de l'élucider.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann revient sur ses aveux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter