Joggeuse retrouvée morte en Charente-Maritime : le point sur l’enquête

Joggeuse retrouvée morte en Charente-Maritime : le point sur l’enquête

ENQUETE – Partie la veille faire un jogging, Catherine Gardère a été retrouvée morte, le corps en partie dénudé, vendredi matin dans des sous-bois, en Charente-Maritime. Le point sur l’enquête, alors que la justice lance un appel à témoins.

Qui est la victime ?

Catherine Gardère, originaire du Lot-et-Garonne, était âgée de cinquante-et-un ans. Mère de deux grandes filles, elle travaillait dans un laboratoire d’analyses médicales de Charente-Maritime, où elle habitait avec son mari.

Que sait-on des heures qui ont précédé sa mort ?

Jeudi 16h20 – Catherine Gardère quitte son domicile pour aller pratiquer la marche nordique dans une forêt d’Echillais (17), tout près de chez elle. Ce circuit, elle le connaît bien. C’est celui qu’elle emprunte à chaque fois qu’elle veut faire un peu de sport. Selon le journal Sud Ouest , plusieurs témoins – notamment d’autres marcheurs - l’auraient aperçue dans les environs avant sa disparition.

20h - Son mari, inquiet de ne pas la voir revenir, alerte la police. Il a essayé de la joindre plusieurs fois sur son téléphone portable, en vain. Aussitôt et jusqu’à la tombée de la nuit, de gros moyens nautiques, terrestres et aériens sont déployés pour retrouver la joggeuse disparue. Les pompiers, les policiers et quelques riverains participent aux recherches.

Vendredi 10h – Le corps de Catherine Gardère est retrouvé dans un sous-bois , près des terrains de tennis de la commune. La victime porte des traces de violences au visage et la partie inférieur de son corps est dénudée. La police scientifique effectue des prélèvements dans la zone où le corps a été laissé.

Qu’a donné l’autopsie ?

L’autopsie a lieu en urgence dans la nuit de vendredi à samedi. La procureure de la Rochelle Isabelle Pagenelle, qui a donné un point presse à 16h30 ce samedi, précise que "la victime aurait succombé à de nombreux coups portés à la tête". Et si pour le moment, les analyses n'ont pas permis de déterminer si Catherine Gardère a subi des violences sexuelles, "le mobile semble être de nature sexuelle" annonce la procureure.

Aucune personne n'a pour l'heure été interpellée. La justice lance un appel à témoins au : 05-46-83-30-04

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.