Jugé pour des violences dans une boutique de Booba à Paris : le rappeur Rohff "sera présent" vendredi au tribunal

Jugé pour des violences dans une boutique de Booba à Paris : le rappeur Rohff "sera présent" vendredi au tribunal

JUSTICE - Housni Mkouboi, alias Rohff, 39 ans, comparaît ce vendredi devant la 31e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour des violences aggravées commises le 21 avril 2014 sur un vendeur de la boutique Ünkut appartenant à son rival Booba et située près des Halles à Paris. La scène avait été partiellement filmée par des caméras de surveillance.

"Tout ce que je peux vous dire, c'est que mon client sera présent à l'audience, je ne ferai pas d'autres commentaires en amont du procès". Contactée ce jeudi soir par LCI, l'avocate du rappeur Rohff n'est pas très prolixe. Elle, comme son client, le seront sans doute davantage ce vendredi dans l'enceinte de la 31e chambre du tribunal correctionnel de Paris où l'artiste sera jugé à partir de 13h30 pour "violences aggravées".

Les faits qui lui sont reprochés avaient été commis le 21 avril 2014, dans le magasin de son rival Booba situé 31, rue de la Ferronnerie dans le 1er arrondissement de Paris près des Halles. 

Lire aussi

Un des vendeurs abandonné inconscient au sol

Ce jour-là, Rohff était arrivé dans la boutique accompagné de plusieurs individus. Une fois à l'intérieur du magasin, il avait fait signe à un vendeur de le suivre vers le fond avant de le frapper à plusieurs reprises. Ils l'avaient abandonné inconscient au sol, dans un état critique. 

Un autre employé, qui voulait porter secours à la victime, avait pour sa part été assommé à l'aide d'une caisse enregistreuse. Au cours de leur passage, les agresseurs avaient également saccagé le magasin de Booba avant de quitter les lieux par l'entrée principale. 

Rohff s'était rendu à la police

Rohff s'était rendu à la police quelques heures plus tard, en pleine nuit, accompagné de son avocat. Au cours de sa garde à vue, il avait expliqué qu'il s'agissait là d'un énième épisode de sa rivalité avec son ennemi juré, Booba - conflit qui remontait, selon lui, à 2008, quand son album avait mieux fonctionné que celui de Booba. 

Dans ses premières déclarations, le rappeur avait expliqué aux policiers n'avoir donné qu'une "grande baffe" à l'un des vendeurs de la boutique Ünkut. Il avait alors rejeté la faute du tabassage de la victime, âgé de 20 ans, sur les fans qui l'accompagnaient ce jour-là. 

Pour obtenir ses aveux, les policiers avaient alors indiqué Rohff que toute la scène avait été filmée et que les images extraites des caméras de vidéosurveillance du magasin étaient... accablantes. 

"Je ne l'ai jamais touché au visage"

Le Parisien avait publié, quelques mois plus tard, une partie des procès-verbaux d'audition établis lors de la garde à vue du du rappeur en avril.  "Oui, c'est vrai, j'ai mis des coups, avait admis Rohff devant les enquêteurs après avoir appris qu'il avait été filmé. Je ne vous ai pas dit la vérité parce que je ne veux pas que l'on croit que ce sont ces coups qui ont mis Papys (NDLR : le surnom de la victime) dans cet état." 

Confronté aux images de vidéosurveillance, Rohff avait fini par dire: "Ce que vous voyez sur cette vidéo, on peut penser que c'est très violent, ce qui est vrai. Cependant, même si je lui donne des coups de poing et de pied, je ne l'ai jamais touché au visage, à part la gifle au départ. (...) Je ne lui ai jamais donné un coup qui l'a éteint". 

Les hommes qui l'accompagnaient, des fans...

Toujours selon les PV publiés par nos confrères en décembre 2014, Rohff a affirmé aux policiers pendant sa garde à vue qu'il ne connaissait pas, avant les délits commis, les hommes qui ont pénétré avec lui dans la boutique de Booba. Il aurait alors déclaré qu'il s'agissait de fans qui l'avaient suivi...  Pour le rappeur, "Il n'y avait aucune préméditation, c'était une bêtise spontanée."

Une version qui, à l'époque, n'avait pas convaincu les policiers. Dans un rapport de synthèse du mois d'avril, un enquêteur indiquait en effet : "La vidéo [...] mettait en évidence que la bande, menée par Rohff, était bel et bien constituée de gens se connaissant et pas d'un groupe de fans suivant son idole". 

Au tribunal ce vendredi d'apprécier. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.