Enlèvement du petit Vicente : pourquoi l'alerte a-t-elle été levée ?

DirectLCI
ÉCHEC ? - L'alerte enlèvement du petit Vicente a été levée, ce jeudi 30 mars, en début de soirée. Cependant, l'enfant reste toujours recherché. Alors pourquoi le dispositif a-t-il été levé ?

Sur décision du procureur de la République de Clermont-Ferrand, moins de 24 heures après sa mise en place, le dispositif Alerte enlèvement est levé. Vicente, cinq ans et demi, a été enlevé ce mercredi en fin de matinée par son père, un détenu en fuite au profil violent. L'enfant reste introuvable et est donc toujours recherché par les services de police, qui ont reçu des centaines d'appels. 

Alerte levée, est-ce un échec ?

Au total, plus de 800 témoignages ont été recueillis par la police judiciaire, via le numéro d'appel 197 mais "les appels commencent à se tarir, la qualité des informations est moindre", a expliqué le procureur de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud. Il estime toutefois qu'il ne s'agit pas d'un "échec" : "Cela n'a rien à voir avec ce que l'on pense de l'enfant et de la situation de danger dans laquelle il pourrait être", a-t-il précisé. Désormais, les services de police vont entamer une procédure d'enquête classique pour la suite des recherches.

Quelles suites pour l'enquête ?

Les investigations vont donc continuer pour retrouver Vicente. Toujours selon le procureur de Clermont-Ferrand, l'appel à témoins a permis de recueillir "de très nombreuses informations qui vont permettre à l'enquête judiciaire de se poursuivre et de s'intensifier dans le cadre de la flagrance". L'enfant reste donc "activement recherché ", selon le procureur qui s'est exprimé ce jeudi après-midi.

Qui est Jason Lopez, le détenu en cavale qui a kidnappé son fils ?

Âgé de 28 ans et écroué au centre pénitentiaire de Riom (Puy-de-Dôme) après avoir été condamné à trois ans de prison ferme pour vol avec violences, Jason Lopez, le père de Vicente, s'est évadé début décembre 2016 en profitant d'une permission de sortie. D'après le quotidien La Montagne, le fugitif aurait été victime d'une tentative de meurtre à Saint-Yorre moins d'un mois après son début de cavale. Il avait d'ailleurs lui-même prévenu les gendarmes par téléphone afin de désigner ses assaillants, avant de disparaître. 


Son ex-beau père et ses ex-beau-frères auraient récemment été mis en examen pour "tentative d'assassinat" et placés en détention. La cavale se poursuit donc pour le jeune homme n'en est pas à son coup d'essai. En octobre 2014, alors détenu à la maison d’arrêt de Nevers, dans la Nièvre, il avait profité d’une admission au centre hospitalier local après avoir avalé des lames de rasoir dans sa cellule, pour s'échapper. Sa cavale avait pris fin un an après à Bordeaux.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter