Garde à vue prolongée pour l'ex-gardien du PSG Nicolas Douchez, soupçonné de violences conjugales

FAITS DIVERS

FOOTBALL - La garde à vue de Nicolas Douchez, l'ancien gardien du PSG, a été prolongée vendredi matin à Paris. Interpellé jeudi matin, l'actuel gardien du RC Lens est soupçonné d'avoir frappé sa compagne.

Garde à vue prolongée pour Nicolas Douchez vendredi matin. L'ex-gardien de but du PSG avait été interpellé à son domicile de l'avenue Carnot et placé en garde à vue au commissariat du XVIIe de Paris jeudi à l'aube, selon les informations du Parisien confirmées à LCI. Il est soupçonné de violences conjugales envers sa compagne.

L'interpellation s'est déroulée très tôt jeudi matin, après qu'un un des voisins du footballeur a appelé les policiers pour des bruits sourds ainsi qu'une femme appelant au secours. Une fois sur place, ils se font ouvrir la porte par la victime avant de tomber nez à nez avec Nicolas Douchez, "énervé, les yeux brillants et sentant fortement l'alcool". Selon nos informations, il a été contrôlé avec un  taux d'alcoolémie de 1.64 g/l de sang. Douchez, 37 ans, a alors été immédiatement conduit au commissariat.

Du sang sur le visage et le corps couvert d'hématomes

La victime, âgée de 27 ans, a été prise en charge par une policière qui s'occupe de la rhabiller - elle a été retrouvée nue - et récolte son témoignage. D'après les premières constatations, elle avait du sang sur le visage et le corps couvert d'hématomes sans qu'une ITT ne lui soit délivrée pour le moment. Des quantités importantes de sang ont également été retrouvées sur le sol de l'appartement, "dévasté", selon Le Parisien.

Lors de son audition, la compagne de Nicolas Douchez a raconté que les violences ont débuté après une crise de jalousie du footballeur en sortant d'un restaurant, sur fond d'alcoolémie. Et d'assurer qu'il a "voulu lui casser la tête". Elle a raconté qu’il l’a saisie par les cheveux et lui a cogné la tête à plusieurs reprises contre le mur et le sol de la chambre à coucher alors qu’elle appelait au secours.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter