"La bête immonde" : deux mois avec sursis et 10.000 € d'amende pour Dieudonné

FAITS DIVERS

JUSTICE -Dans son spectacle "La bête immonde", Dieudonné M'Bala M'Bala discourait notamment sur le rôle qu'il attribue aux juifs dans la traite des Noirs et ironisait sur le génocide commis par les nazis. Des propos qui lui valent d'être condamné à 2 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende pour "provocation à la haine et injures raciales".

Déjà condamné à plusieurs reprises pour des propos antisémites, Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné ce mardi par le tribunal de Paris à 2 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende, pour des passages de son avant-dernier spectacle, "La bête immonde", qui lui ont valu d'être une nouvelle fois poursuivi pour "provocation à la haine et injures raciales". Une peine inférieure aux réquisitions du parquet, puisqu'à l'audience du 24 février devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, trois mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende avaient été demandés contre le polémiste. "M. M'Bala M'Bala n'a qu'un propos : stigmatiser les juifs", avait à l'époque martelé la magistrate du parquet dans son réquisitoire.

EN SAVOIR + >> Dieudonné perd-il tous ses procès ? (VIDÉOS)

Un habitué des prétoires

Dans ce spectacle, le polémiste, fers aux pieds, déguisé en détenu de Guantanamo, avait discouru sur le rôle qu'il attribue aux juifs dans la traite des noirs et ironisé sur le génocide commis par les nazis. Mais selon Me Sanjay Mirabeau, avocat de l'humoriste controversé, dans son spectacle, "il ne fait pas allusion à la communauté juive mais aux commerçants juifs du XVIIe siècle qui pratiquaient le négoce des esclaves, ce qui est une réalité historique".

A 50 ans, Dieudonné M'Bala M'Bala est un habitué des prétoires, avec près d'une quinzaine de condamnations inscrites à son casier judiciaire, dont une, en novembre 2013, à 28.000 euros d'amende pour "provocation à la haine raciale" pour des propos et une chanson dans deux vidéos diffusées sur internet, ainsi qu'une condamnation à deux mois de prison avec sursis en mars 2015 pour apologie d'actes de terrorisme pour son message "Je me sens Charlie Coulibaly".

Un autre jugement attendu vendredi

Au tribunal, il prend parfois également place sur le banc de la partie civile. Il a engagé plusieurs procédures en diffamation au sujet du geste de la quenelle, souvent qualifié de salut nazi inversé ou déguisé. Pour la seule qui a été jugée à ce jour, qui concernait l'Agence France-Presse et le journal bourguignon le Bien public, les prévenus ont été relaxés et Dieudonné a été condamné pour procédure abusive.

Vendredi prochain, le tribunal correctionnel de Paris doit par ailleurs se prononcer sur les poursuites engagées par Dieudonné contre le président de la Licra (Ligue internationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme) Alain Jakubowicz, qui avait qualifié la quenelle de "salut nazi inversé signifiant la sodomisation de la Shoah", de geste "antisémite".

A LIRE AUSSI >>  Dieudonné condamné en appel pour ses propos antisémites contre Patrick Cohen

Lire et commenter