La lettre de Fabien Clain, "voix française de Daech", à Mohammed Merah

La lettre de Fabien Clain, "voix française de Daech", à Mohammed Merah
FAITS DIVERS

TERRORISME - France Inter a mis la main sur une lettre manuscrite de Fabien Clain, ce Français soupçonné d'être le mentor de toute une génération de djihadistes francophones. On y comprend, entre les lignes, qu'il était le "guide spirituel" de Mohammed Merah, contrairement à ce qu'il a toujours affirmé.

"Réjouis-toi de savoir que ton seigneur a préparé un paradis immense pour ceux qui ont cru et accompli de bonnes œuvres."  Ces mots, Fabien Clain les a écrits à la main, dans une lettre adressée en 2009 à un jeune garçon, un certain Mohammed Merah. Des mots glaçants, avec le recul, quand on sait qu'en mars 2012, ce jeune djihadiste assassinera froidement sept personnes, dont trois enfants, à Toulouse et Montauban. 

Dans une enquête fleuve diffusée samedi sur France Inter, Secrets d'Info révèle notamment que cette missive, envoyée par Fabien Clain - dont l'ombre plane sur de nombreuses affaires récentes de terrorisme - depuis sa cellule à Fleury-Mérogis, avait été interceptée et signalée aux services de renseignement. 

Une lettre non transmise aux juges d'instruction

Ecrite en français et en arabe, cette lettre est truffée de références religieuses. "C’est vraiment une grâce d’Allah de nous avoir guidé à la vérité", écrit notamment celui que l'on présente, aujourd'hui, comme  la "voix française" de Daech. Surtout, cette missive montre clairement que Fabien Clain, soupçonné d'avoir fait basculer une myriade de jeunes dans le djihadisme, était bien une sorte de guide spirituel de Mohammed Merah, contrairement à ce qu'il a toujours affirmé. 

Etrangement, précise Secrets d'Info, cette pièce majeure n'aurait jamais été transmise aux juges qui ont été chargés, trois ans plus tard, d’enquêter sur les massacres perpétrés par le "tueur au scooter". Lors du passage à l'acte de ce dernier,  Fabien Clain était toujours derrière les barreaux, condamné dans l'affaire de la filière djihadiste d'Artigat. Les juges d'instruction n'avaient donc pas jugé utile de s'intéresser à lui en profondeur. 

Fabien Clain n'a jamais été entendu dans le dossier Merah

Samia Maktouf, l’avocate de parties civiles, avait pourtant demandé l'audition de Fabien Clain, qui évoluait dans la même filière que Mohammed Merah. "On a considéré que ce n'était pas une priorité. Aujourd'hui on se rend compte que c'était plus qu'une priorité. Il n'y a pas une seule affaire terroriste que la France ait connue sans que l'ombre de Fabien Clain ne soit présente", soupire-t-elle auprès de Secrets d'Info

Le nom de Fabien Clain, Réunionnais né en métropole en 1978, converti à l'islam à l'âge de 18 ans, apparaît en effet dans plusieurs dossiers récents : l'assassinat du couple de policiers à Magnanville, les attentats du 13-Novembre (c'est lui que l'on entend dans le message de revendication de Daech) ou encore dans l'attentat manqué de Villejuif. La dernière trace de Fabien Clain a été repérée il y a quelques mois, au nord de la Syrie. 

Lire aussi

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent