La Seyne-sur-Mer : deux hommes abattus, dont un ado de 14 ans, le maire décrète un couvre-feu

La Seyne-sur-Mer : deux hommes abattus, dont un ado de 14 ans, le maire décrète un couvre-feu

DirectLCI
DOUBLE HOMICIDE - Deux hommes ont été abattus en pleine rue à La Seyne-sur-Mer (Var) dans la nuit de dimanche à lundi. La plus jeune des deux victimes a 14 ans. Les auteurs sont en fuite. Quelques heures plus tôt, des faits similaires ont eu lieu à Marseille, où une personne a été tuée.

Les faits se sont produits vers 0h25 dans la cité Berthe, un quartier sensible de La Seyne-sur-Mer (Var). Selon nos informations, deux hommes ont été abattus à la kalachnikov en pleine rue dans la nuit de dimanche à lundi. Une vingtaine d'étuis de l'arme de guerre ont été retrouvés sur les lieux du crime. Les deux victimes sont âgées de 14 et 20 ans. Les auteurs cagoulés et véhiculés ont eux réussi à prendre la fuite. L'enquête a été confiée à la PJ de Marseille.

Un footballeur de 19 ans et un adolescent de 14 ans

William Gomis, footballeur de 19 ans qui avait passé cinq ans en formation à l'AS Saint-Etienne et avait quitté le club en juin, est décédé sur les lieux. Son ancien club s'est dit "profondément affecté" par le "décès tragique" de ce joueur "apprécié de ses anciens coéquipiers et de ses éducateurs pour ses qualités humaines". 


Selon le procureur de la République à Toulon, Bernard Marchal, plusieurs membres de la famille de ce jeune homme avaient été mêlés par le passé à des règlements de comptes.

La deuxième victime est un adolescent de 14 ans originaire d'Europe de l'Est. Grièvement blessé lors de la fusillade, il a été transporté à l'hôpital, où il a succombé à ses blessures.

Le maire décrète un couvre-feu pour les mineurs

Quelques heures plus tôt, vers 22h30, un homme a lui aussi été abattu à Marseille, là encore, par plusieurs balles de kalachnikov. Une trentaines d'étuis de l'arme ont été retrouvés sur place par les enquêteurs. La victime a été atteinte dans sa voiture, garée dans une rue des quartiers Nord de la cité phocéenne. 


Après avoir appris ce drame, plusieurs élus ont dénoncé le manque de moyens alloués aux forces de l'ordre, alors que les cités autour de Toulon, dont celles de la Seyne-sur-Mer, ont connu une recrudescence de la criminalité liée au trafic de drogue ces derniers temps.

 

"Si je suis empreint de tristesse et de compassion envers les familles et les proches des victimes, je suis aussi fou de rage", s'est écrié sur son blog le maire PS de la Seyne-sur-Mer, Marc Vuillemot, ce lundi matin. L'élu avait déjà interpellé en juin et en août le Premier ministre pour obtenir un geste de l'Etat. Il regrette amèrement que les promesses de renforts policiers du gouvernement "là où il y en a le plus besoin" soient restées lettre morte. Lors d'une conférence de presse, le maire a demandé une nouvelle fois le déploiement de forces mobiles dans le quartier. Il a également imposé un couvre feu aux mineurs. "Je demande aux familles de veiller à ce que leurs enfants ne soient pas dans la rue pendant la nuit. Il conviendra que la police nationale mette en oeuvre les moyens de l'application de cet arrêté", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. 


Même son de cloche pour le président LR de la métropole toulonnaise Hubert Falco. Dans un communiqué, il déplore le "manque de moyens (...) humains et matériels". et demande au gouvernement "de débloquer en urgence des moyens supplémentaires adaptés".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter