Laboratoire d’explosifs découvert à Villejuif : deux des suspects déférés pour terrorisme, le troisième relâché

DirectLCI
TERRORISME - La garde à vue de l’un des trois hommes interpellés dans l’affaire du laboratoire d’explosifs découvert à Villejuif a été levée ce dimanche. Les deux autres suspects eux, ont été déférés devant le parquet en vue de leur mise en examen pour des faits de terrorisme.

Un des trois hommes arrêtés dans l’affaire du laboratoire d’explosifs découvert cette semaine à Villejuif a été relâché par les enquêteurs quatre jours après le début de sa garde à vue. L’homme est âgé de 47 ans. Les deux autres personnes placées en garde à vue dans cette affaire sont, elles, déférées ce dimanche en vue de leur mise en examen et de l'ouverture d'information judiciaire par la section anti terroriste du parquet de Paris pour participation à une association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes et fabrication d'engins explosifs, détention et transport de substances ou produits explosifs en relation avec une entreprise terroriste.  Le parquet a requis la détention provisoire pour les deux hommes. Il s'agit d'un homme radicalisé âgé de 37 ans et du propriétaire de l'appartement, âgé, lui, de 36 ans.


Le procureur de Paris François Molins a tenu une conférence de presse dimanche après-midii à l'issue de la présentation des deux suspects à un juge anti-terroriste. Lisez ici les nouvelle révélations sur cette enquête.


Les interpellations ont eu lieu après la banale intervention sur une fuite d'eau d'un plombier dans un appartement suspect à Villejuif. L'homme avait prévenu la police. Et pour cause : l'appartement, loué par deux hommes, abritait ce que les enquêteurs décrivent comme un "laboratoire d'explosifs". Du TATP,  un explosif très puissant utilisé par des terroristes par le passé, a même été retrouvé sur place en petite quantité. Une planque de substances chimiques a été également retrouvée dans un garage à Thiais. Des grandes quantités qui pourraient servir à confectionner une bombe.

De "bons pères de famille"

A Villejuif, les deux individus aux activités dormantes avaient échappé aux radars de la police. Les deux hommes étaient en effet  parfaitement inconnus des services de police et étaient décrits comme de "bons pères de famille".  Des profils qui intriguent les enquêteurs car ils ne correspondent pas au portrait robot des auteurs d'attentats commis récemment. Le double attentat de Barcelone laissait ainsi plutôt penser l'inverse : le rajeunissement du profil des terroristes.


Seul le troisième homme, interpellé jeudi soir par les autorités, ressemble un peu plus à un parcours de radicalisation "classique". Le suspect serait fiché S et aurait eu des contacts téléphoniques réguliers avec la Syrie et l'Irak au cours de ces derniers mois. Les trois individus, gardés à vue, ont affirmé qu'ils planifiaient de faire sauter un distributeur à billets. 

Plus d'articles

Sur le même sujet