Gironde : une femme tuée à coups de marteau, son ex-compagnon mis en examen

FAITS DIVERS

FAIT DIVERS – Un homme âgé de 30 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire. Le trentenaire est soupçonné d’avoir tué son ex-compagne lundi à coups de marteau sur la commune de Lagorce (Gironde).

"Depuis deux jours, tout le monde ne parle que de ça. Lagorce, c’est un coin paisible :  1700 habitants, moins de 30 km2. Personne ne pensait qu’un fait divers comme celui-là pourrait arriver ici", confie un habitant de cette commune située en Gironde,  à une soixantaine de kilomètres de Bordeaux. Lundi 24 avril, vers 17h50, les gendarmes de la brigade de Libourne étaient alerté par des voisins qu’un drame venait de se produire au 25, lieu-dit de Montigaud, non loin de la mairie. 

"Quand les militaires ont poussé la porte de cette maison, ils ont retrouvé une femme dont le crâne avait été fracassé à coups de marteau, un marteau de maçon qui a été retrouvé sur place. La victime a également reçu des coups au niveau des parties génitales, rapporte une source proche du dossier à LCI, évoquant des faits d’une ‘violence rare’. La mère de cette trentenaire a également subi des violences. Des coups lui ont été assénés à la main, mais aussi au niveau du dos à l’aide d’un mobilier. Elle a réussi finalement à se sauver. Elle est allée frapper chez la voisine, choquée et couverte de tâches de sang. C'est elle qui a alerté les forces de l’ordre". 

Le suspect, qui avait pris la fuite lundi à bord d’une voiture et sous l’œil de témoins, a finalement été interpellé une heure après les faits par les militaires du peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie de Libourne et alors que le plan Epervier avait été déclenché. "Son véhicule a été accidenté, et il a tenté de repartir à pied avant d’être stoppé", indique la source. Dans un communiqué, ce mercredi, le parquet de Bordeaux précise que ce dernier, né en 1987, a été arrêté "sur la commune de Guîtres alors qu’il était impliqué dans un accident de la circulation" et placé en garde à vue.  

Information judiciaire ouverte

A l’issue de la garde à vue du suspect, une information judiciaire a été ouverte ce mercredi à son encontre des chefs de "meurtre par personne étant ou ayant été conjoint, concubin ou partenaire lié à la victime par un pacs et de violences suivies d’une incapacité supérieure à huit jours, aggravée par deux circonstances, en l’espère une arme et une personne vulnérable", fait savoir Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République. 

L'individu âgé de 30 ans a été présenté à un juge d’instruction ce jour. "Le mis en cause a été mis en examen des chefs de meurtre et violence aggravée et placé en détention provisoire", a indiqué la magistrate ce mercredi à 18h30.  

Séparé de la victime, il serait revenu vivre dans la maison récemment

Selon nos informations, la victime prénommée Michèle J. était née le 6 juin 1979. "Elle est restée en couple pendant trois ans environ avec cet homme. Puis ils se sont séparés. Il y a dix jours, il serait revenu vivre sur place. Visiblement, il n’avait plus d’endroit où dormir", précise la source proche du dossier à notre rédaction. Concernant la relation entre le suspect et la victime, la  procureur de la République de Bordeaux, Marie-Madeleine Alliot n'a pas donné plus d'informations. 

Concernant la mère de la jeune femme tuée, elle présente elle une ITT de 15 jours. "Les médecins qui l’ont examinée ont conclu qu’elle était également dans une situation de particulière vulnérabilité", détaille la magistrate, indiquant que celle-ci était née en 1947. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter