Le fait divers du jour : 30 poneys morts faute de soins dans un haras de la Creuse

Le fait divers du jour : 30 poneys morts faute de soins dans un haras de la Creuse

DirectLCI
ANIMAUX – Une trentaine d'anciens pensionnaires des haras de Pompadour, principalement des poneys, sont morts par manque de soins ces derniers mois dans des écuries près de Limoges. Les rescapés ont été confiés à la SPA, qui lance un appel à l'aide.

Metronews a fait le tour de la presse régionale et vous livre le fait divers du jour...

Un changement de propriétaire fatal. Qui aurait pu croire que d'anciens pensionnaires des prestigieux haras de Pompadour, dans le Limousin, seraient quasiment abandonnés à leur sort, beaucoup y laissant la vie ? Dans le cadre d'une restructuration intervenue il y a plus d'un an, les célèbres écuries créées au XVIIIe siècle par la marquise de Pompadour avaient cédé le site de Dun-le-Palestel, près de Limoges. Sur place, plusieurs dizaines d'équidés, essentiellement des poneys pour lesquels la mairie de la commune a cherché un gestionnaire, rapporte jeudi la presse locale. Rapidement cependant, le délégataire, un quinquagénaire présentant le diplôme requis, précise France 3 Limousin , semble poser problème, mais la commune ne parvient pas à le faire partir.

La SPA lance un appel à l'aide

Pendant ce temps, les animaux meurent à petit feu par manque de soins et de nourriture. Environ 30 pensionnaires seraient ainsi morts, selon l'enquête effectuée par la direction des services vétérinaires, ajoute France 3. Pour les rescapés, près de 80 bêtes, décision a été prise de les placer sous séquestre.

La SPA, qui en a actuellement la charge, a lancé un appel à l'aide sur sa page Facebook auprès des agriculteurs, éleveurs et toute autre personne susceptible de l'aider pour récupérer des "bacs à eau", en priorité, mais également "des postes de clôtures" et "du foin". L'organisation protectrice des animaux souligne dans son message l'état "inquiétant " des poneys récupérés. Sur le plan judiciaire, une enquête a été ouverte suite aux plaintes de la commune et de la SPA.

Plus d'articles